Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

«Les Fainéants ». Un texte de Jean Giono.

 

Un texte de Jean Giono que j'aime. Il est tiré de « Arcadie...Arcadie... »

 

Quand je travaillais à l'hôpital nous recevions souvent , un veuf, un vieux garçon; un hiver rude, la maison s'écroule, le voisin est en soucis, la cheminée ne fume plus. Ici dans les « Chambarans » pas d'oliviers, mais une ligne de vigne, un carré de pommes de terre, des pommes, un pêcher de vigne. L'épicer ambulant ne passe plus dans les campagnes isolées. Je demandais au docteur s'il en avait encore beaucoup comme cela ?

Oui, avec bonheur, les maires ne prononcent pas toujours un placement. Je les appelais les « Derniers des Mohicans ».

«Les Fainéants ». Un texte de Jean Giono.

« Le vent souffle du nord-ouest, exactement comme il soufflait il y a dix mille ans. La vie est toujours accrochée aux mêmes ressources : l'huile et le vin. J'ai connu, en 1903, une catégorie de gens qu'on appelait les fainéants. Il y en avait cinq ou six à Manosque, deux ou trois à Corbières, un à Sainte-tulle, quatre à Pierrevert, une vingtaine à Aix, autant à Arles, peut-être cent à Avignon et ainsi de suite. Trois ici, deux là, quarante à Toulon, trente à Draguignan, six à Tourves, huit à Brignoles, cinq à Salernes, sept à Barjols ; à Marseille, n'en parlons pas, d'autant qu'ils n'avaient pas la qualité des autres. Ceux dont il s'agit ici étaient propriétaires de petits vergers d'oliviers : cinq ou six arbres, au plus dix. De tous âges, ils étaient arrivés à faire néant de façons diverses. Il y avait des veufs qui, ayant dépassé la cinquantaine, découvraient avec volupté qu'un homme seul a besoin de peu ; des jeunes qui, au retour du service militaire, considéraient l’absence de l'adjudant (sous toutes ses formes) comme un délice parfait ; de vieux célibataires. Un pantalon, une veste de velours duraient vingt ans. Le veuf trouvait dans ses coffres assez de chemises (en comptant celles de sa femme) pour aller jusqu'au Paradis. En hiver, il se taillait un tricot, même un manteau dans une couverture. Les jeunes, une fois par an, rendaient un petit service à quelqu'un : aller chercher une malle aux Messageries, rentrer du charbon, etc., et demandaient des vieux linges en échange. Ils vivaient d'olives confites et d'huile. Les olives et l'huile leur donnaient en échange un peu de vin. Pour le pain, ils glanaient. Ce n'était donc pas très exactement faire néant, mais c'était incontestablement faire peu, avoir sa liberté totale, vivre ; et même vivre à son aise. »

Arcadie... Arcadie...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci beaucoup pour ce partage (texte + musique)
Répondre
I
Bonjour Merci pour le partage de l'Eolienne à Taupes ,publié le 21 Avril 2011
Je l'ai trouvé sur le net ,dans la rubrique (image)!!!! Jardin éolienne
Et ça marche ,,,,,, amicalement
Répondre
F
:-) content que ça marche, j'imagine qu'il y a du vent chez toi?
J
Merci à toi Pierre pour cette lecture bien agréable, bon we !
Répondre
M
C'est tellement bien décrit !
Bises Pierre, bonne soirée
Répondre
M
Merci Pierre pour ce texte ! on trouve encore ces gens dans certains de nos petits villages ...
Répondre
Q
J'aime énormément ce texte Pierre.
Merci de me l'avoir fait découvrir.
J'ai encore beaucoup à lire. :)
Passe une douce journée.
Répondre
V
Ils ont parfaitement raison,la liberté n'a pas de prix !!!!
A bientôt Pierre pour la prochaine liberté d'expression.
Répondre
É
Bonjour Pierre. Merci de nous faire découvrir ce texte de Jean Giono sur ces hommes qui ont choisi la liberté plutôt que le confort...
Répondre