Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Le Beaufort, le fromage encore.

Nous venons de passer une semaine de vacances à Arêches-Beaufort.

Le lundi en fin d'après midi, en redescendant du Lac des Fées, nous nous sommes arrêtés voir la traite en alpage.

Les tarines aux yeux noirs grimpent lestement « dré dans l'pentu » en fin de traite, c'est parfois une Abondance aux lunettes marrons qui vient faire tinter sa cloche et réclamer son tour.

La vachère nettoie les pis et fait les tests de dépistage d'une mammite. Un tableau au-dessus donne les records de production annuelle des vedettes du troupeau.

Fantaisie : 7250 kilos de lait

Brindille : 6700 kg

Fanzy : 5840 kg.

Blue-note, Angèle, Biscuite …..

 

Le Beaufort, le fromage encore.

 

Le mardi 26 août 2014, il pleuvait à verse, nous sommes allés visiter la Coopérative laitière à Beaufort.

C'est ouvert de 9 heures à midi pendant l'été et des visites de la cave sont organisées.

 

Mon petit fils de 3 ans était très intéressé par le côté séquentiel de la fabrication. Comme à Gruyère que nous avions vu en avril 2011, une pièce en supervision permet de voir le travail du fromager.

Le Beaufort, le fromage encore.

 

Chauffage, emprésurage, la division du caillé à la harpe, l'utilisation du brassoir afin de  « mouver » ou « débattre » le caillé.

 

La mise en moule avec la grande toile et enfin la mise en presse.

Ici comme à Gruyère beaucoup d'étapes sont mécanisée, les moules par 4 coulissent sur des rails suspendus, le fromager n'a plus à se pencher dangereusement sur la cuve sa toile à la main pour la passer sous le caillé.

Le Beaufort, le fromage encore.

 

Des gestes semblables, le bras dans la cuve afin de sentir le grain, d'évaluer la texture du caillé et l'élasticité de la pâte.

 

Ici les cuves sont en cuivre et le « cercle » en bois de hêtre donne la forme concave caractéristique à la tranche extérieure du Beaufort.

Le Beaufort, le fromage encore.

 

Mercredi matin un jour de beau est prévu.

Je me lève à 5 heures, ma voiture est en réparation à Moutiers à cause des pierres du Cormet d'Arêches.

Peu importe, je descends au village et vers 6 heures je fais du stop pour le Cormet de Roselend via Beaufort.

La route du col des Prés est peu fréquentée le matin, les artisans descendent plus facilement à Beaufort pour rejoindre Bourg Saint Maurice par Roselend.

 

J'aurais du y penser, qui se lève tôt ? Les fromagers bien sûr.

A la sortie de Beaufort, c'est la camionnette de Duc Goninaz qui s'arrête.

 

J'ai eu de la chance, la conversation tourne rapidement vers le fromage. Nous avons connu les mêmes histoires, les lourds bidons, le lavage des paillons, les souvenirs de mon père dans les chalets d'alpage.

M. Goninaz va chercher du Beaufort d'alpage de l'été passé mûrit avec soin, j'imagine ce parfum floral au moment de la coupe.

 

Merci à lui, à 7 heures j'étais au Plan de la Lai pour monter à la Tête Nord des Fours par la Crête des Gittes.

Le Beaufort, le fromage encore.

 

Le soir, nous prenons l'apéritif avec nos voisins allemands du dessus, ils sont allés aussi visiter la Coopérative.

 

Dans leur séjour, un antique « brassoir » de bois évoque le labeur des anciens.

 

De retour à la maison j'ouvre le livre de mon père, page 526, « La laiterie » de A.F.Pouriau décrit le procédé de fabrication, rien n'a vraiment changé.

Ce livre est un prix pour son concours à l’École de fromagerie de Moudon en Suisse.

Le Beaufort, le fromage encore.

 

Si, pourtant des choses ont changé, en longeant le barrage de Roselend , M.Goninaz m'a parlé du village englouti, la belle cave sous les eaux maintenant, les alpages verts en contrebas des Grandes et Petites Berges, ces alpages silencieux dorénavant.

 

Un moment sans les mots, pour dire plus qu'il n'y a à dire.

J'imagine qu'il en a le cœur serré ?

 

Parfois, les jours d'orage lorsque personne ne passe, une vieille sort de la chapelle de Roselend reconstruite vers les Lanches.

En silence elle s'avance sur la presqu'île et tend les bras vers la profondeur du lac. Des jours heureux entre les gentianes et les foins coupés, une larme coule sur sa joue et je sais que le temps a passé pour nous tous.

 

Roybon le 8 septembre 2014, à midi j'ai mangé de la tarte aux quetsches, l'autre jour sur Arte un film Suisse m'a ému : « L'enfance volée » de Markus Imboden.

Commenter cet article

Vincent 15/02/2016 03:14

Bel article !
C'est une activité sympa que de découvrir la montagne par son patrimoine culturel et surtout gastronomique :) :)
Dans nos massifs, il y a de quoi faire : http://www.i-skimontagne.com/articles/visite-de-ferme-fabrication-fromage-montagne.php => Beaufort, mais aussi Reblochon (Grand Bornand), Comté et Mont Dore (Jura), l'Abondance etc...

écureuil bleu 25/09/2014 10:23

C'est vrai que le temps passe bien vite. Les fromagers aussi se sont modernisés. Bonne journée Pierre

Quichottine 18/09/2014 13:28

Un jour, sur un blog qui n'existe plus, Polly avait raconté l'histoire d'un couple âgé qui devait abandonner la maison où ils avaient vécu toute leur vie pour la voir se noyer avec tout leur village pour un lac décidé... un barrage.
Ton récit de ce jour m'y a de nouveau entraînée.
J'imagine que l'un d'eux ait survécu à ce désastre... c'est la vieille dame que tu as vu.

Là-bas, au fond de l'eau, toute son enfance, sa vie de femme, ses enfants, son époux... et elle qui n'arrive pas à se résoudre à quitter tout cela.

C'est très émouvant, Pierre.

Ne ferons-nous jamais passer les hommes avant les intérêts industriels et commerciaux ?

Passe une douce journée.

philae 15/09/2014 10:58

miam j'adore

Madalen 15/09/2014 07:08

j'aime le fromage, j'aime la montagne, j'aime la randonnée : je trouve donc tout ce que j'aime dans ce texte : un moment pour rester... encore en vacances !

zette73 14/09/2014 17:38

Bonjour Pierre
je vois que tu ai tout proche de chez moi ? Albertville ?
Le Beaufort et le prince des gruyères ,et moi j'aime ..peut être un peut trop ,mon petit déj le matin !
si un jour tu tu passe sur Abé fait moi signe on pourrait faire connaissance,autrement que virtuel
(rire )bonne journée bisous

Martine27 14/09/2014 15:51

Miam du bon fromage ! Normande d'accord, mais j'apprécie aussi les autres régions fromagères

wolfe 14/09/2014 13:08

Bonjour
J'aime beaucoup le fromage mais...ceux qui n'ont pas un goût très fort et qui ne sentent presque rien.
Belle journée
Bisous

eglantine 14/09/2014 11:19

tu sais toi tu m'énerves ! pourquoi ? parce que tu fais remonter de beaux souvenirs de vacances dans cette région et que ça me donne envie d'y retourner :-) et que pour le moment je ne peux pas...Bon puisque c'est ainsi je me contenterai pour le moment de marcher dans tes pas ...bises et merci pour tout ça