Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Tous dans le même bocal.

 

Anecdote aigre-douce.

 

La fête battait son plein, un orchestre régional enchaînait valses, rumbas, rock, quelques pas de Madison toujours bienvenus pour inciter tout le monde à venir sur la piste.

Nous attendions la pièce montée et le champagne... non je me souviens, c'était dans le Diois. Nous attendions la Clairette et comme dit Tonton Marcel :

 

« Il vaut mieux une bonne Clairette qu'un mauvais champagne.

Il vaut mieux une bonne bière, qu'une mauvaise Clairette.

Il vaut mieux une bonne eau gazeuse etc... »

 

C'était au temps des boules à facettes et pantalons « pattes d'eph." »...

"Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître." 

 

Il n'était pas question de poser dans un coin de la salle une urne pour recueillir les dons en chèques et en espèce. Les mariés avaient déposé des listes dans différents magasins : quincaillerie, linge de maison, ameublement.

 

1966, le tube de l'été avait été repris plusieurs fois, Nino Ferrer défiait toujours la chronique avec ses paroles hors du commun. Mirza sur la face A et plus confidentiel sur la face B: « Les cornichons ».

 

C'est une des amies de la mariée qui a demandé à l'orchestre de chanter ce morceau, depuis déjà plusieurs heures elle se déhanchait de manière provocante au centre de la piste de danse, lors d'un slow particulièrement torride sous la lumière bleue tout le monde avait vu au travers d'un robe sinon courte du moins plus que vaporeuse qu'elle n'avait pas de soutien-gorge.

 

Contrairement à toute la bande de copines d'école qui chuchotaient en permanence, Aglaë ne parlait pas beaucoup. Personne ne l'avait vu ni à la mairie, ni à l'église. Quand elle s'approchait du buffet pour grignoter, une troupe de jeunes blancs-becs s’attroupaient en se donnant des coups de coudes, mais aucun n'osait l'approcher, lui offrir une cigarette, faire un brin de causette.

 

Deux garçons, nœud de papillon, gants blancs s'activaient derrière le bar. La pièce montée arrivait, la pyramide de coupes était dressée au centre, un escabeau de bois permettrait aux mariés d'aller remplir la première coupe tout en haut afin de faire couler en cascade le précieux breuvage pétillant dans le cristal, débordant avec fumée de neige carbonique et effets de lumière.

 

Sur les derniers accords de la chanson de Nino Ferrer, Aglaë s'est emparée du micro, une vrai pro, pas d'effet Larsen sa voix suave et profonde racontait de petits faits partagés avec la mariée, des anecdotes amusantes, des dates, des aventures ignorées des parents et des beaux-parents, rien de scandaleux, beaucoup de sous-entendus à mots couverts, on riait par complaisance.

Le discours se terminait quand la salle s'éteignit.

 

Un projecteur s'est allumé cherchant quelqu'un dans la salle, pour faire une pause sur le marié, la mariée, retour sur le marié, allumé en mode poursuite le spot finit par s'arrêter sur un plateau porté par un des serveurs.

 

La voix d’Aglaë égrenait ces quelques mots à l'intention de son « amie».

 

«Je ne t'ai rien offert encore alors je t'offre ce présent, car je sais que tu aimes....les cornichons ! »

 

Sous le rond de lumière, le plateau avançait avec en son centre, un gros bocal de cornichons préparés à l'aigre-doux.

L'orchestre a repris le morceau de Nino Ferrer.

 

Lorsque j'ai pu m'approcher prendre mon verre de Clairette et mon chou à la crème, j'ai essayé de trouver Aglaë.

Elle avait disparu.

L'ambiance était retombée.

On m'a tapé sur l'épaule. « Tu n'as rien raté, à croquer, pince sans-rire mais tout de même un peu pisse-vinaigre la copine.»

 

Exercice d'écriture autour du thème du « mariage » coordonné par : « Les Anthologies Éphémères ».

 

Objectifs : suite aux expériences heureuses des dernières parutions, l'objectif de ces anthologies est de faire un don à l'Association « Rêves », pour les enfants malades.

Commenter cet article

senegal 14/11/2014 10:24

Ho !!! Magnifique rien à dire

marine 02/11/2014 13:28

J'ai beaucoup apprécié ce bon moment que je viens de passer avec ton histoire et avec Nino Ferrer, que j'aimais tant !
Zibous Pierre

écureuil bleu 29/10/2014 22:43

Bonsoir Pierre. Ambiance cornichons grâce à cette amie. Bravo pour ton texte pour les Anthologies.

Joëlle 26/10/2014 16:43

Toi alors tu me surprendras toujours avec ta plume !

Marie poupée 26/10/2014 13:40

Oh ! j'adore ! superbe participation !! Bravo Pierre
Bon dimanche

wolfe 25/10/2014 17:39

Bonjour
Je viens de te dédier un article.
Bisous

Quichottine 24/10/2014 21:01

J'ai adoré !
Merci pour ces participation, Pierre.
Je suis heureuse que tout avance si bien. :)
Passe un bon week-end.

wolfe 24/10/2014 19:22

Bonsoir
Je suis revenue, je reprend doucement mon blog.
Je te remercie pour tes passages!
Bisous

claudia 24/10/2014 15:22

Bravo ! Génial l'atmosphère ! Et nino :-)

En route simone 23/10/2014 10:20

Bonjour,

j'ai découvert avec le précédent billet ces beaux talents d'écriture. Voici encore un texte bien écrit. Bravo

Bonne fin de semaine

annielamarmotte 22/10/2014 09:59

mais c'est sublime .....