Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Les Trois Pucelles, Vercors.

 

Petit article qui n'est ni un topo d'escalade ni une page d'histoire locale.

Comme la neige n'est pas encore présente sous le Moucherotte, c'est une petite sortie assez courte d'automne.

 

Si on pose la question aux Grenoblois sur l'origine du nom des 3 Pucelles, qu'ils voient pratiquement tous les jours quand le brouillard de pollution sur la ville s'est dissipé, ils répondent en général :

- «C'est parce qu'elles sont vierges, elles n'ont pas été gravies ! »

 

Certains montagnards y ont fait leurs armes, plus qu'une école d'escalade, c'est une initiation pour de grandes voies avec les techniques de relais, on trouve les voies dans d'autres sites plus spécialisés.

 

Pour ma part, je fais le tour par le nord depuis le sentier de « découverte » à St Nizier, le parking 1134 m. en bas de l'ancien tremplin de saut des JO de Grenoble en 1968.

 

Prendre le sentier balisé sur 100 mètres de dénivelé et repérer à main gauche vers l'Est une petite sente qui contourne la base de la Dent Gérard, des points rouges peu après la borne n°2 du sentier botanique.

Contourner l'assise des dents par le nord en forêt, on se retrouve au pied d'un couloir raide, c'est le Couloir Maréchal.

Il grimpe entre les 3 Pucelles et « Le Couteau »

Sans doute appelées ainsi en raison de la légende des 3 filles du Seigneur de Naves qui furent transformées en pierre alors qu'elles étaient poursuivies par de funestes sires aux intentions non avouables. Comme l'épée entre Tristan et Yseult, le Couteau est garant de leur virginité.

 

Le couloir Maréchal est assez raide, mais ne présente pas de difficultés, au début nous laissons à main droite une dalle courte et raide avec un spit, c'est la voie pour rejoindre le couloir Grange puis la cheminée et son passage de V+.

Un rocher posé en travers du couloir forme ce qu'on appelle une « Boite aux lettres », enlever le sac et le pousser devant soi pour pouvoir passer.

Vers le haut, on laisse le fameux Couteau à gauche avec ses voies équipées mais raides pour rejoindre la «  Salle à manger » par un pierrier de gros blocs.

Les Trois Pucelles, Vercors.
Les Trois Pucelles, Vercors.

 

Le coin porte bien son nom, c'est un endroit idéal pour casser la croûte.

 

Si on ne craint pas le vide l'arête sud est équipée et facile avec baudrier et dégaines on peut atteindre le sommet et pourquoi pas poser un petit rappel, descendre dans la brèche et monter en trois pas de IV sur la Grande Pucelle 1456 m.

 

On peut aussi rejoindre la « Salle à manger » par le Sentier écologique et admirer la belle vue sur Grenoble.

Les Trois Pucelles, Vercors.

 

Un peu d'histoire, c'est agréable parfois de rester au coin du feu et de rouvrir les vieux bouquins. Les feuilles des cartes de Cassini (en fait les Cassini père et fils géographes) de 1756 à 1789 ne signalent pas les noms de ce sommet, ni celui du Moucherotte d'ailleurs intitulé « Bec d'Âne ».

Dans le très bon livre de Séverin Batfroi « Histoire secrète des alpes » chez Albin Michel (édition de 1981), il est signalé qu'au XIXe siècle encore, les 3 Pucelles étaient connues sous le nom de « Roche de prou pena » ou roche de beaucoup de peine.

 

N'oublions pas le passage de Rabelais à Grenoble en pleine écriture et édition du Gargantua, raison pour laquelle il quitte son poste de médecin à l'hôpital de Lyon en 1535, sans même prévenir de son congé, vers l'Italie via Grenoble.

Henri Dontenville « mythographe » du XIXe siècle cite des sources plus anciennes où un autre Gargantua que celui de Rabelais aurait parcouru la région.

 

C'est ainsi qu'un temps comme d'autres lieux-dits en Rhône-Alpes on trouve des « pissats » de Gargantua, des étrons de Grand-Gousier, des bois de Gargamelle, et notamment les dents de Gargantua sur St Nizier, autrement dit nos trois Pucelles.

Les Trois Pucelles, Vercors.

 

Aujourd'hui elles portent un nom :

La Dent Gérard, la Grande Pucelle, la Pucelle de St Nizier et à l'Est le Couteau (sur la photo à gauche)

 

Carte 25 000 IGN Autrans 3235 OT

Dénivelé 322 m.

N.B. Ne pas oublier le casque la fréquentation peut être source de chutes de pierres.

Commenter cet article

Quichottine 23/12/2014 17:03

J'avais appris leur histoire... et je trouve que c'est bien agréable de la relire chez toi.
Merci, Pierre.

Vivement le froid pour les crobes, ils sont vraiment trop durs à éradiquer. :(

Passe un bon Noël, Pierre, et profite de ces moments de partage en famille.
Amitiés.

écureuil bleu 22/12/2014 14:24

Merci pour la balade qui me semble quand même réservée à des initiés. La vue sur Grenoble doit être superbe. Bonnes fêtes Pierre

claudia 22/12/2014 21:16

C'est gris, ici, je n'aime pas :-( ils annoncent plus froid et bien tant mieux. Les microbes vont être moins nombreux comme les moustiques. Neige et soleil, j'aime +++ Bon Noël à toi et aux tiens

claudia 21/12/2014 19:38

Merci pour cette balade ! pas trop de neige, c'est quand même dommage pour Noël :-(

FMarmotte5 21/12/2014 19:42

Dans les grandes stations, ils ont des canons à neige alors tout n'est pas foutu pour les fêtes, espérons qu'elle vienne, chez moi je n'ai pas encore eu de gel :-(, les vieux sont contents. Bonne soirée et bonne préparations des festivités à vous tous. Cordialement.