Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

« Mouton noir »

 

Herbes folles, je suis ivre !

Loin de la multitude grégaire,

Solitaire mais libre.

 

Le roche est ma couche sommaire.

Dans ma tête : la terre, l'eau et l'air.

 

PF le 21 novembre 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Beau texte dans cet environnement de montagne et de neige dont je commence à avoir tant besoin...
Répondre
M
C'est très beau Pierre ! La photo et le texte !<br /> Bises et bonne journée
Répondre
Q
Superbe page ! J'aime !<br /> Passe une douce soirée. Amitiés.
Répondre
C
Ben, il est où le troupeau ??? pas trop loin j'espère. Ils ne sont jamais seuls les moutons.
Répondre
F
Non je ne crois pas que ce soit lié à sa différence, les moutons contrairement aux humains n'ont aucun à priori sur la couleur de leur laine. Ils sont tous de la même race comme nous humain sommes tous des humains. Le titre c'est une expression pour dire qu'on ne veut pas toujours marcher avec le troupeau, personnellement je me sens souvent rebelle. je ne voudrait pas qu'il ait de malentendus sur cela, vraiment. Cordialement
F
Oui Claudia, curieusement celui-ci était seul, parfois en fin de saison des moutons restent dans la montagne, j'en ai rencontré, un berger m'a dit aussi que ça arrivait, des brebis se croisent avec des mouflons. Un genre d'histoire comme "la chèvre de Monsieur Seguin" l'appel de la liberté. Bonne soirée
S
Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.<br /> <br /> Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!<br /> <br /> Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise. Baudelaire.<br /> <br /> (In Les petits poèmes en prose)<br /> Bon lundi, Pierre !<br /> Sylvie
Répondre
C
Ha oui, si je comprends bien, il est seul dû à sa différence ? c'est interessant. Bonne soirée. Claudia
F
Au fait il me semble que la commune a fait des travaux sur la fontaine d'eau thermale au Monêtier les bains?
F
C'est une vieil édition intitulée "Le spleen de Paris" que j'ai sur mon chevet dont le passage préféré est "Une invitation au voyage" la version en prose bien sûr. Merci pour ce texte qui m'a renvoyé à cette lecture. Je n'ai pas encore eut le temps d'aller tâter de la neige, confitures, cardons, aide à deux personnes âgées de la famille, travaux à la maison. La route de la Grave est ouverte, au printemps j'irais sans doute dans les Hautes Alpes ? Bonne soirée