Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

La scène du balcon.

Vérone le 21 avril 1978...

                   

                  ...depuis le 15 avril nous étions en vadrouille genre « road-movie » après une nuit à Six-Fours-Les-Plages via Venise.

 

Une nuit à Crémone, Trieste, Ljubljana, Klagenfurt, Velden sur le Würthersee, Bolzano, Sirmione .

Campings et hôtels « hors saison ».

Crevaison avec l'AMI6,

Brouillard et choucroute en boite.

Odeurs de cuisine dans le couloir.

Queue d'attente dans une charcuterie Yougoslave.

Pique-nique en bord de route.

Le Grossglockner est encore enneigé.

Reste quelques photos passées,

Une carte postale.

Des images dans la tête sans nul regret

Des flots de bonheur.

Vérone.

 

 

Le balcon de Roméo et Juliette à Vérone.

Le balcon de Roméo et Juliette à Vérone.

 

"Roméo et Juliette Acte II, Scène 2 "

 

La scène du balcon

Le jardin des Capulet.

 

Entre ROMÉO.  

 

ROMÉO - Il se moque bien des balafres

Celui qui n'a jamais reçu de blessures.

Juliette paraît à une fenêtre.

Mais, doucement !

Quelle lumière brille à cette fenêtre ?

C'est là l'Orient, et Juliette en est le soleil. Lève‑toi, clair soleil, et tue la lune jalouse

Qui est déjà malade et pâle, du chagrin

De te voir tellement plus belle, toi sa servante.

Eh bien, ne lui obéis plus, puisqu'elle est jalouse,

Sa robe de vestale a des tons verts et morbides

Et les folles seules la portent : jette‑la...

Voici ma dame.

Oh, elle est mon amour !

Si seulement elle pouvait l'apprendre !

Elle parle... Mais que dit‑elle ?

Peu importe,

Ses yeux sont éloquents, je veux leur répondre...

Non, je suis trop hardi.

Ce n'est pas à moi qu'elle parle.

Deux des plus belles étoiles de tout le ciel,

Ayant affaire ailleurs, sollicitent ses yeux

De bien vouloir resplendir sur leurs orbes

Jusqu'au moment du retour.

Et si ses yeux

Allaient là‑haut, si ces astres venaient en elle ?

Le brillant de ses joues les humilierait

Comme le jour une lampe.

Tandis que ses yeux, au ciel,

Resplendiraient si clairs à travers l'espace éthéré

Que les oiseaux chanteraient, croyant qu'il ne fait plus nuit...

Comme elle appuie sa joue sur sa main!

Que ne suis‑je le gant de cette main, pour pouvoir toucher cette joue!

 

JULIETTE - Hélas!

ROMÉO, bas.

- Elle parle.

Oh, parle encore, ange lumineux, car tu es

Aussi resplendissante, au‑dessus de moi dans la nuit,

Que l'aile d'un messager du Paradis

Quand il paraît aux yeux blancs de surprise

Des mortels, qui renversent la tête pour mieux le voir

Enfourcher les nuages aux paresseuses dérives

Et voguer, sur les eaux calmes du ciel. "

 

Shakespeare

Commenter cet article

marine D 05/05/2016 14:32

A l'époque sur les routes il fallait se les gagner les virées !!!
Je n'ai jamais vu ce fameux balcon mais mon fils Arnaud me l'a dessiné !!!
Bises du jour

manou 04/05/2016 08:56

La photo sepia de l'ami 6 esr super...nous avions la même en bleu ciel ! Tu as eu la chance de voir le balcon de Roméo et Juliette, sans personne...Moi, il y avait foule...mais j'en garde un bon souvenir tout de même !

Marie poupée 01/05/2016 14:34

Peut être un jour aurai - je le plaisir de voir ce balcon en vrai !
Pas de chance pour la crevaison !!
Bon dimanche Pierre et heureux 1er mai

Joëlle 29/04/2016 14:48

Une découverte pour moi, merci Pierre :-)

écureuil bleu 28/04/2016 20:09

Bonjour Pierre. J'ai fait un peu le même chemin trois ans plus tard et nous avons crevé aussi, à la frontière Yougoslave près du village de Sveti Stefan... Bonne soirée

zette73 27/04/2016 17:33

BONJOUR
OH LA LA !!!quel retour en arrière tu nous fait faire la .......
mais c'est très agréable
bonne fin de semaine bisous

Quichottine 27/04/2016 11:45

Je ne l'ai jamais vu pour de vrai... mais quelle belle page que celle que tu nous offres. :)
Merci, Pierre.
Passe une douce journée.

claudia 27/04/2016 10:24

La voiture de mon enfance ! Elle était verte la notre. Que d'aventures avec, que de bons souvenirs.