Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Ces bois là !

 

Je ne suis pas chasseur et bien qu'aillant souvent accompagné mon père pour des battues, je n'ai jamais eu ce besoin d'appartenance à un groupe.

Je ne suis pas grégaire.

Le genre de photo que je mets plus bas fera comprendre à ceux qui me connaissent un peu, la démarche plus personnelle que j'ai fait dès l'adolescence.

 

Archives personnelles

Archives personnelles

 

Je ne nie pas le rôle de gestion qu'occupent les ACCA et les sociétés de chasse, c'est grâce à elles que je peux profiter de la présence du cerf élaphe proche de chez moi.

Solitaire, je lis beaucoup, je vais vous reparler encore d'un roman de Fred Vargas.

 

On ne résume pas un « rompol » de Vargas.

 

« Dans les bois éternels » est une histoire complexe où Adamsberg revient sur les lieux de son enfance.

On n'enfouit pas délibérément son passé , ni des événements significatifs de son existence.

La « France profonde » est complexe, sa mémoire est parfois en train de disparaître, les cafés ferment, les réseaux anciens liés aux activités locales sont en mutation vers des liens plus virtuels.

Fred Vargas explore la campagne française comme l'archéologue qu'elle est, y décrypte les signes, rassemble des fragments, fait parler les non-dits, écoute les silences.

Il est difficile de dater l'enquête, pour ma part j'ai parfois l'impression de venir en visite dans des lieux connus de ma jeunesse, comme parfois quand on s'arrête en vélo dans un village du massif central où une radio à lampe trône sur une étagère, un enfant en retard de langage vient nous regarder sous le nez, et au mur au-dessus d'une cheminée ouverte pend un trophée dont les andouillers sont reliés par une toile d'araignée hors-saison.

La démarche du commissaire est déroutante entre intuition et analyse scientifique, le mystère règne, une ombre plane.

 

 

C'est dans un prose poétique que Fred Vargas nous entraîne parfois manger dans une auberge provinciale, marcher dans un bois en hiver, rouler sur une petite route, rencontrer des gens que nous n'aurions jamais croisés sans l'enquête.

 

Dans ce roman, Adamsberg précise la différence entre bois de chute et massacre.

Le merrain qu'on trouve dans les bois n'est pas rattaché au crâne, il est détaché du pivot, alors que lors d'une chasse il est prélevé comme trophée et nommé « Massacre », les bois sont encore solidaires du crâne du cervidé. D'ailleurs le premier cor sur le bois est l'« andouiller de massacre », avec lequel le cerf aux aboies peut éventrer un ennemi : chien, loup …

Le bois quand on sort des sentiers peut prendre des allures de champ de bataille.

 

Ces bois là !

 

Ci-dessous les différentes parties du bois d'un cerf.

Ces bois là !

 

Dans « Temps glaciaires » Adamsberg ou Céleste en parlant de Marc le sanglier signale que le vocabulaire autour du sanglier est un des plus riche de la langue française.

C'était peut-être aussi à table à « L'Auberge du Creux » ?

 

« Mardi : Entrée : salade aux gésiers de poulet.

-Je laisserai les gésiers, dit Danglard.-Je m'occupe de tes gésiers, dit Bourlin.

-Plat : bavette sauce au poivre avec pommes-paillassons. Vous voyez ce que sont des « pommes-paillasson » ?

 

« Temps glaciaires » Fred Vargas page 69 édition J'ai lu 21mars 2016

 

 

 

En cherchant sur internet j'ai découvert que c'est la vénerie toute entière qui était source de ce vocabulaire foisonnant. Précis, détaillé, poétique parfois, depuis le paléolithique supérieur l'homme utilise les bois comme outils , instruments, objets décoratifs, il n'est donc pas étonnant que bon nombre de mots et d'expressions soient passés dans le langage courant.

 

Attention à tes abatis

Tire tes meules

Être aux aboies

Tenir à sa botte

La curée

En découdre

Des faux-fuyants

Le nerf de la guerre

Rameuter le quartier ….

 

Un monde de mots.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mahina 26/02/2017 10:54

Merci pour la photo du bois du cerf: j'apprends!!

wolfe 11/02/2017 14:49

Bonjour
Je te souhaite un bon week-end
Bisous

écureuil bleu 10/02/2017 13:42

Bonjour Pierre. Mon père chassait un peu autrefois, le lièvre essentiellement.Merci pour tes explications sur les bois du cerf. Bon après midi

Quichottine 09/02/2017 09:20

Je n'aime pas la chasse, et ton billet et la photo du retour de chasse me conforte dans mon idée.
Je n'ai pas lu ce livre, mais tu m'en donnes envie.
Merci, Pierre.
Passe une douce journée.

Mimi 08/02/2017 23:05

La photo du retour de chasse est impressionnante ! Le civet de lapin a tenu la vedette pendant un certain temps... Merci pour cette découverte de Fred Vargas que je n'attendais pas dans ce registre là.

wolfe 08/02/2017 14:08

Bonjour
Ca a l'air d'être un bon livre.
Bisous

manou 07/02/2017 09:10

Cela fait longtemps que je n'ai pas lu Fred Vargas...je l'offre souvent pourtant :) Tu me donnes envie de m'y remettre. C'est vrai que tout ce vocabulaire particulier se perd alors qu'il a toute une histoire et qu'il est très poétique. Merci pour cet article très instructif

marine D 06/02/2017 09:37

Maurice Génevoix, j'ai trouvé Pierre mais il y en a un autre aussi qui a bien parlé de la vénerie, de la chasse au loup...
Marcher sur ses brisées ou sur les brisées, suivre une piste

marine D 06/02/2017 09:33

Oui la vénerie est riche d'un très beau vocabulaire, je cherche le nom de cet écrivain solognot je crois, qui en parlait si bien...
Il parlait des animaux sauvages, de la forêt, de la chasse...
Marcher sur ses brisées (ou avancer) les brisées ce sont les branches que le cerf casse en passant dans les bois touffus..
Vargas quelle atmosphère !!! Extraordinaire... Merci Pierre