Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Rien à voir avec l’actualité cinématographique et politique. Quoi que ?
Georges Perec a écrit W en 1970-1974. C’est une double histoire. Des souvenirs d’enfance, Paris, les parents déportés, le séjour à Villard de Lans pendant la guerre. L’autre récit imaginaire raconte une île W qui vit selon des valeurs « Olympiques ». A première vue on a rien à dire de cette ambition, mais au cours du récit , dérives, vexations hiérarchie, nous font entrevoir une certaine horreur, un mensonge, un décor qui malheureusement n’est pas celui d’un théâtre mais de bien des dictatures.

« Il y a deux mondes, celui des maîtres et celui des esclaves. Les Maîtres sont inaccessibles et les esclaves s’entre déchirent. Mais cela, l’Athlète W ne le sait pas. Il préfère croire à son Etoile. » W

« Ma mère n’a pas de tombe. C’est seulement le 13 octobre 1958 qu’un décret la déclara officiellement décédée, le 11 février 1943, à Drancy (France).Un décret ultérieur, du 17 novembre 1959, précisa que, «  si elle avait été de nationalité française », elle aurait eu droit à la mention «  Mort pour la France ».
Souvenir d'enfance

Georges Perec, W , Gallimard, l’Imaginaire
Membre de l'Oulipo, prix Medicis 1978 pour "la vie mode d'emploi", roman "à tiroirs".
à lire de Perec : la disparition :
                             ( un roman écrit sans la lettre E)
                             la vie : mode d'emploi
                             les choses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article