Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Ce n'est pas facile de parler des Alpujarras sans retracer leur histoire. En effet, toute la beauté et l’originalité de cette région  à l’est de Grenade, vient de la façon dont génération après génération, culture après culture , les hommes ont su s’intégrer avec souvent respect dans ce milieu montagnard à la fois hostile  et plein de richesse. Géologiquement parlant les Alpujarras faisaient partie de l’Atlas et du rif marocain. Puis le soulèvement des Alpes, les glaciations, lui ont donné son aspect actuel. Voilà pour la diversité minérale, la présence de mines, les dolomies et ces paysages aussi variés.


De la mer au Mulhacén, il y a 3482 m , toutes les influences climatiques sont présentes : méditerranéenne, océanique, continentale, montagnarde, désertique sont présentent et expliquent cette grande diversité biologique, qui fait de la Sierra Nevada une des régions européenne où l’on rencontre une des plus grandes quantité de plantes.


Son emblème est l’ « Etoile des neiges » : le plantain Plantago Nivalis en bordure des glaciers.

Les Hommes depuis l’époque préhistorique avec les peintures rupestres de Nacimiento et Las Tres Villas, l’age du bronze, différents peuples, puis les romains, les carthaginois  et en 711 la période Musulmane qui a marquée l’organisation humaine dans ces villages, l’irrigation , les cultures pour lui donné son caractère actuel. Grenade est le joyau de Al Andalous, nom de la péninsule ibérique sous influence musulmane de 711 à 1492.

La Période Nasride a perduré bien après la Reconquista car ce n’est qu’en 1492 que Boabdil a été chassé de grenade par les rois catholiques pour recevoir en compensation les Alpujarras. Un an plus tard il quittait définitivement l’Espagne pour retrouver le pays berbère à Fez, car les chrétiens n’ont pas tenu parole dans les promesses de liberté de culte.

Les conversions forcées ont donné le jour aux morisques, des musulmans convertis qui, dans les montagnes ont perpétué les traditions, modelé la terre pour les cultures et les activités traditionnelles tant artisanales qu’agricoles.

Les gitans venus de l’Inde arrivent à grenade vers 1440, le quartier du Sacromonte leur  est délimité et c’est naturellement que ces grands voyageurs rencontrent les vestiges orientaux laissés par les arabes, ainsi naît le Flamenco en résumé car la culture gitane est beaucoup plus complexe pour s’en tenir a ces quelques mots.

En 1567 sous le règne de Felipe II la révolte gronde sous la houlette de Aben Humeya, roi des morisques. A grenade aussi dans le quartier l’Albaycin les révoltes ont éclatés. Les musulmans convertis ont été déportés en Castille et des Chrétiens des provinces du nord sont venus de Galice, de Léon, des Asturies, des églises ont été construites et l’élevage des porcs s’est inscrit dans les habitudes. Le climat chaud et sec l’été avec des hivers très froids ont permis l’élaboration et le séchage du fameux jambon Serrano espagnol sous l’appellation jambon de Trévelèz.

Quand vous promenez dans les villages, vous vous croyez dans l’Atlas, l’architecture typique des maison, la polyculture, la cuisine, offrent un dépaysement total. Les couleurs, les parfums, les goûts, le paysage, sont témoins de comment l’homme a su s’adapter à cette si belle région d’une façon douce et avec respect pour l’environnement.

Ce n’est pas une page qu’il faudrait pour les Alpujarras mais des livres entiers, des journées de voyage, une vie ou plus,  et pendant ces 3 jours passés  là- bas, nous n’avons qu’effleuré la douceur de ce Paradis .

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Sympa ton reportage ! <br /> Amicalement, MA
Répondre