Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Mardi 16 juin 2009

Carte 25000 La Bastide-Puylaurent 2738 E et Mont Lozère 2739 OT

Nous sommes partis à la fraîche de Notre Dame des Neiges par  les Bories et la Courège, en effet le GR 70 n’y monte pas mais le GR de Pays Cévenol et Tour de la Margeride vous conduisent à l’Abbaye quand vous venez de Regleton.

La Bastide-Puylaurent est le village idéal pour refaire le plein en nourriture, tout y est : épicerie, boucherie-charcuterie, boulangerie, même la poste pour quelques timbres et envoyer des cartes postales aux amis. Nous avons pris le temps d’en écrire la soirée à l’Abbaye, pour tout vous dire , à la place d’aller écouter le Salve Regina.

Quand nous avons voulu passer la voie de chemin de fer pour monter à  La Mourade 1309m, une maison avait explosée au gaz et pour la première fois de ma vie, j’ai été dérouté à pied par pompiers et gendarmes. J’ai donc ouvert mon guide : « Voyages avec un âne dans les Cévennes » et mon mentor  nous relate ceci :

"Puis Modestine et moi remontâmes le cours de l’Allier (ce qui nous ramena dans le Gévaudan)" : fidèles à ses pas nous fîmes de même pour arriver à Chasseradès et prendre le temps de voir ce beau village de pierre. Le toit de l’église possède une lauze particulière et illustre le savoir faire des artisans couvreurs.


Puis nous descendons sur  Mirandol et son fameux viaduc. Stevenson fait sa halte nocturne à Chasseradès, fils de constructeurs de phares et ingénieurs, il a du plaisir à faire la conversation  avec les techniciens de ce 27 septembre 1878 qui posent les jalons de la ligne.


« La compagnie réunie, ce soir-là, dans la cuisine de l’auberge se composait de tous les ouvriers employés aux études topographiques pour l’une des voies ferrées projetées. Ils étaient intelligents et de conversation agréable et nous décidâmes de l’avenir de la France au-dessus d’un vin chaud jusqu’à ce que l’heure tardive marquée par l’horloge nous chassa coucher. »


 
Cette ligne est encore en activité mais peu fréquentée, nous avons fait une pause repas au-dessus de l’Estampe et vu les ouvriers qui passaient la « hâcheuse » le long des voies.

L’avenir de la France 130 ans plus tard en est là avec la fin des services publics.Des lignes de chemin de fer n’ont pas été terminées (celle du Puy à Monastier) d’autres fermées vers Pradelles, et dans le Vivarais.

 Seules quelques vaches peuvent encore voir passer les trains dont le panneau « Vapeur » prévient le randonneur imprudent sur le sentier d’un éventuel passage quotidien.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article