Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Mettre un terme à telle aventure n’est pas chose facile. Les images et les souvenirs peuplent rêves et conversations.

De très bons ouvrages sont dorénavant sur nos rayons de bibliothèque, mais jamais ils ne remplaceront nos souvenirs.

R.L Stevenson ; « Voyage avec un âne dans les Cévennes » édition de Borée

La B.D. : « Voyage avec un âne dans les Cévennes » Le Faou aux éditions Alain Piazzola


« Les premiers camisards Juillet 1702 «  de  Henry Mouysset aux éditions les presses du Languedoc










Le très beau : "Stevenson en Cévennes" dont les photographies de  Michel Verdier illustrent des morceaux choisis du « Voyage avec un âne. »


Michel Verdier est photographe et nous avions eu l’occasion de voir à la bibliothèque de notre village quelques uns de ses ouvrages dont «Saisons de Bergers en Cévennes ». Il vient de parcourir le Stevenson avec un ami et un âne pour présenter des textes en édition bilingue de l’œuvre de Stevenson avec des photos toujours aussi envoûtantes.

Adieu Modestine
Le soir du 2 octobre 1878 la séparation est imminente :

« Modestine et moi - ce fut notre dernier repas ensemble- nous cassâmes la croûte sur le faîte du saint-Pierre, moi assis sur un tas de cailloux, elle debout à mon côté au clair de lune et, comme une personne distinguée, recevant le pain de mes mains. La pauvre bête mangeait mieux ainsi, car elle avait pour  moi une sorte d’affection que j’allais bientôt trahir. »

On dirait la Cène : le dernier repas et Stevenson y joue le rôle d’un Judas. Plus tard sur la route d’Alès le 4 octobre 1878, il se surprend à verser des larmes. Un sous entendu :


“For twelve days we had been fast companions; we had travelled upwards of a hundred and twenty miles, crossed several respectable ridges, and jogged along with our six legs by many a rocky and many a boggy by–road. After the first day, although sometimes I was hurt and distant in manner, I still kept my patience; and as for her, poor soul! she had come to regard me as a god. She loved to eat out of my hand. She was patient, elegant in form, the colour of an ideal mouse, and inimitably small. Her faults were those of her race and sex; her virtues were her own.

« Farewell, and if for ever –“

« Adieu, et si jamais….

Le Père Adam pleura quand il me la vendit. Quand je l’eus vendue à mon tour, je fus tenté de faire de même. Et comme je me trouvais seul avec le conducteur du coche et quatre ou cinq braves jeunes gens, je n’hésitai  pas à céder à mon émotion. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Grand merci pour ces ouvrages que je ne connaissaient pas, je note
Répondre