Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Nous faisons la connaissance de Cando quand il est encore jeune, son groupe arrive sur les bords de la méditerranée alors qu’ils sont encore chasseurs cueilleurs.

Sa vie est l’histoire de la transition que l’on nomme la « Révolution du Néolithique »

De la chasse, la pêche et la cueillette à l’élevage d’animaux domestiques, de la culture des céréales jusqu’aux premières cités, la vie de Cando retrace en accélérer le temps pré historique d’il y a 10 000 ans au VII ème siècle avant notre ère.

Golluk le vieux sage maintient la tradition parfois à contre courant des innovations de Ménil le père de Cando.

Mémet a déjà des talents d’organisateur, les mariages et la croissance du village semblent avoir priorité sur les sentiments personnels. La fuite est la seule issue. Les femmes sont omniprésentes et en filigrane tempèrent et régulent les passions et les conflits. Leur goût  pour la futilité des parures me semble être un clin d’œil un peu caricatural mais il permet de montrer les échanges entre diverses contrées pour le trafic de pierres, coquillages, perles

L’amour, le voyage, le travail, et plus tard, la guerre, la fête, la religion, l’organisation de la société, l’urbanisation nous sont comptés par les yeux de Cando qui, sur la fin de sa vie tempère l’exaltation pour le progrès par une sagesse digne d’un Voltaire ( Candide /Cando , le clin d’œil est flagrant) en revenant près des siens sur l’île de Chypre où il élève des animaux et cultive son jardin aux cotés de sa femme bien aimée Loula et de ses enfants.

J’aime cette période, mes pérégrinations en montagne m’ont toujours questionnées sur la vie des hommes au moment du retrait des glaces lors du réchauffement climatique holocène – 10 000 (après le maximum glaciaire vers  – 20 000  où le niveau de la mer avait baissé d’environ 120 m.)

Présenter un peu comme les grandes sagas télévisuelles  sur  « L’Histoire de l’Homme » de Yves Coppens l’inventeur de Lucy , ce  « roman » est agréable à lire, humour et dérision sur notre nature humaine qui en fait,  n’a pas  tant changée que cela.

Un peu dans la même veine que le célèbre roman de Roy Lewis : « Pourquoi j’ai mangé mon père » concernant un époque plus ancienne de notre évolution, l’humour de Jean Guilaine dans « Pourquoi j’ai construit une maison carrée » est moins anglais mais la philosophie plus proche des Lumières ne manque de nuances et de finesse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article