Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Le vaisseau progressait doucement proche de la vitesse de la lumière. Un incident sur les turbines à plasma avait obligé le Commandant Zork IV de faire une boucle quantique vers le trou noir QT 3715 dans la galaxie spiroïde du Tigre Blanc.
 
De ses appendices faciaux tactiles, il alluma l'écran de gauche à la recherche de paramètres oubliés.
Les conceptions aristotéliciennes, pythagoriciennes, newtoniennes étaient mises de coté depuis plusieurs ères interstellaires. Riemann longtemps contesté était désormais reconnu dans les agencements non-euclidiens de l'espace. Sur ces données hyperboliques, les computeurs calculaient rapidement sa position dans les 5 dimensions acceptées par l'Union des Peuples du Big-Bang.
 
De rapides courbes ascendantes s'inscrivirent sur l'hologramme de communication spatiale. Grâce à l'effet rebond, les oscillations de l'univers connu se stabilisèrent progressivement.
Zart' était loin, Esmezarta oubliée depuis des lustres, l'arrière petit fils de Pedrito avait pu se faire embarqué sur ce vol Zart 2611 tpz.g. Il avait subi un test et montré ses compétences en matière de vol temporel.
 
Particules élémentaires, positons, électrons, protons, neutrons, énergétons, photons n'avaient plus de secret pour lui. Il calculait de tête les effets de spin, avait en mémoire les abaques complexes des Théories du Hasard. On ne lui a pas demandé de citer les axiomes des Cordes. Depuis que Ranitchovitz avait mis en évidence l'existence du positon, le fameux boson de Higgs , il n'était plus nécessaire d'en savoir autant, les algorithmes programmés dans les cerveaux du vaisseau 2611 extrapolaient rapidement les positions relatives des membres de l'équipage.
Il était désormais possible de savoir à tout instant si le Chat de Schrödinger était mort ou vivant à l'intérieur de sa boite quantique.
 
Pedrito Junior jeta un œil sur le visage de Zork, il y vit passer une ombre d'incertitude. Chacun sait que l'incertitude est le pire des paramètres dans un voyage intergalactique. L'informatique n'accepte pas l'incertitude. Soudain, les écrans se sont éteints, d'étranges vibrations se sont propagées sur les spirales de titane autour de la carlingue du véhicule. Zork avait entendu parlé des études de Spinozein III sur le temps, il ne pensait pas que sa mission secrète allait le mené si loin.
 
Il avait été étonné que le vaisseau 2611 n'embarqua pas de passagers, mais il n'en avait pas parlé avec Pedrito Junior. On lui avait recommandé ce technicien en physique relativiste, et c'est avec une confiance aveugle qu'il avait poussé les propulseurs à plasma à la limite de leur capacité. Proches du zéro absolu, les refroidisseurs d'azote liquide garantissaient une efficacité maximum.
Quand il avait mis en route la procédure de rebond quantique, les paramètres étaient normalisés, ils n'étaient pas les premiers à faire le saut temporel. Par contre, ils seraient les premiers à rapporter, s'ils en revenaient, les courbes de sédimentation calendaires.
 
Pedrito Junior lança une rapide équation basée sur les postulats d'Omar Khayyam, depuis Saccheri il n'y avait pas que le théâtre qui était absurde, et il fallait une bonne dose d'humour aux deux coéquipiers pour interpréter les courbes qui se dessinaient d'abord sur l'écran, puis prenaient une forme réelle sur la sellette holographique.
 
Un infra-son enfla depuis la soute, envahissant tout l'espace confiné du cockpit. Les hublots de cristal synthétique devinrent opaque et commencèrent à prendre des allures de gomme noire malléable. Un silence suivit subitement le moment d'inertie maximale, seules les vibrisses des appendices faciaux de Zork leurs permirent de savoir que l'objectif était atteint.
 
Pedrito avança lentement les doigts sur la face ondulante de l'écran de silicium pur. Ils se croyaient dans un film de Stanley Kubrick de 1968 A.D. La rémanence faisait place à une accélération entropique difficile à percevoir. La résonance dite de Schumann n'avait rien de philharmonique, le silence qui se fit sembla durer une éternité.
 
Le noir le plus profond envahit leurs esprits, leur environnement, couplé à une sensation de flottement proche du malaise. Sans transition le vaisseau s'est mis en reptation ellipsoïde dans un axe ante-ascensionnel de base Delta +.
 
Zork IV activa l'impripermanente de l'horloge quartzique.
 
 
Grenallon
 
Il était là, cerné de ses satellites majeurs, de ses anneaux de transgression, de ses ondes prismorphiques.
 
Graal de tout chercheur, la particule élémentaire du temps, le grain primitif, ils avaient mis en évidence le mythique Grenallon.
PF
 
 
 
 
Une histoire science-fictionnelle intemporelle sur une idée de mot de Minouze pour le jeu de l'Arbre à Mots, hébergé par La Sardine.

Commenter cet article

Franklindoeil 25/09/2011 10:59



Bravo à toi pour cette super histoire du grenallon cosmique.


Georges Lucas et les autres réalisateurs de SF ont du souci à se faire...



FMarmotte5 26/09/2011 12:26



Plus rapide que la lumière, merci pour ton com encourageant.



Sofya 24/09/2011 14:41


J'ai beaucoup aimé ton histoire. Bravo !


FMarmotte5 26/09/2011 12:30



Merci.



Marine D 24/09/2011 07:13



J'ai bien essayé de rebondir mais je suis retombée sur mes fesses, je n'ai pas supporté cette reptation élipsoïde, admirative toutefois, c'est fort, trop fort pour moi et trop rapide, j'en ai le
tournis...



Ountés Passat 23/09/2011 17:14



Hé ben dis donc... Quelle histoire... Le grenallon c'est un sacré personnage !


Bravo à son "papa" !



FMarmotte5 26/09/2011 12:32



Une particule élémentaire. Merci pour cette visite.



Quichottine 23/09/2011 15:57



Alors disons que j'aime bien quand tu rebondis... :))



FMarmotte5 23/09/2011 16:09



 rebondissons



CRBR 23/09/2011 10:00



j'ai passé un bon moment en lisant cette article, ca faisait un bout de temps que je n'avais pas eut de nouvelles de l'au dela, j'aime bien aussi la musique de fond!



FMarmotte5 23/09/2011 15:42



Entendu à la radio ce matin : ils ont découvert un neutrino qui va plus vite que la lumière.



annielamarmotte 23/09/2011 09:19



ben M....  alors...... 


en tout cas avec toi c'est lumineux .... merci pour sciencefictionnesque roman



FMarmotte5 23/09/2011 15:47



"Elémentaire" on en revient toujours là.



soakette la sardine 23/09/2011 08:23



waaah !!! tu m' épates ! quelle imagination ! en plus c'est très agréable à lire !



FMarmotte5 23/09/2011 15:44



Un peu déjanté , j'ai pas osé mettre des liens vers Wiki à chaque énoncé ;-)



robin 22/09/2011 20:32



tu es un vrai romancier !!!!!



FMarmotte5 23/09/2011 15:45






 j'aime bien délirer avec les termes scientifiques, et en plus, la fiction rejoint la réalité , ils ont trouvé des particules élémentaires qui vont plus vite que la lumière! (france-info le
23 sept  2011)



Martine27 22/09/2011 18:32



En fin de compte je suis plutôt satisfaite de ne pas avoir choisi physique ! Ma pauvre tête aurait explosé !



FMarmotte5 23/09/2011 15:46



il y a pourtant un brin de poésie dans l'espace et les atomes du moins avec les mots.



jill-bill.over-blog.com 22/09/2011 17:02



Bonjour Pierre... Vais en revenir ??????  Tellement comment dire... extraordinaire !!! Grenallon ici toute une méga aventure.... Jill amitiés



FMarmotte5 23/09/2011 15:49



merci Jill-Bill, j'étais parti et j'ai raté le rivoldingue alors j'ai eu du plaisir à me rattrapper. Amitiés.



Joëlle 22/09/2011 16:05



Quelle imagination florissante tout de même ! merci pour ce fabuleux voyage Pierre



FMarmotte5 23/09/2011 15:50



Tes peintures dans leur genre sont parfois aussi très "spatiales et intemporelles"


Bonne soirée à toi Joëlle.



Quichottine 22/09/2011 15:41



Je me suis régalée... Merci !


J'adore quand tes personnages font écho à d'autres écrits chez toi.


 


Cette découverte restera dans les archives. C'est magnifique !


 


Passe une bonne soirée.



FMarmotte5 23/09/2011 15:51



Merci Quichottine ne dit on pas "rebondir" quand on rappelle un évènement plus ancien?