Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Suite à la chiromancie de Sarah, c’est comme un réveil. Les estomacs sont creux. La foule de ceux dont les noms n’ont pas été cités s’est retirée avec l’espoir secret que grâce à cette Grande Mesure, la Sylve est déjà sauvée. C’est le propre de ceux qui mènent le combat de porter sur leurs épaules le fardeau de la réussite.

Des tréteaux ont été dressés près du Cercle de Pierre. La table forme un hexagone parfait. Les groupes s’installent, les commentaires vont bon train.

-«  C’est pas la Table Ronde. » lance Mac.Ingel grand connaisseur de légendes celtiques.

-« Un tipi sans peaux ouvert sur le ciel. » souffle Nuage de Silence d’un air nostalgique.

-« Une île ! » partage Hanoa Hanoa avec son voisin.

Les « cinq Doigts » s’installent. Sur le sixième tréteau, l’Aubergiste s’affaire. Aux vues des victuailles posées sur les plateaux on a l’impression qu’il a vidé son auberge d’El Pilon. Tonneaux, jambons, pains de toutes les tailles et de toutes les formes, boissons chaudes, glacées, tisanes et alcools, bières, fromages aux fumets goûteux, son étal est un véritable échantillonnage de ce que la Sylve peut produire.

Chacun malgré l’appétit qui les anime, sait que l’opulence n’est pas le secret du bonheur. Ces enfants endormis les yeux ouverts, ces hommes sans amour et sans désir, ces jours et ces nuits sans rêve... sauront ils mener à bien leur mission ? Sans en parler en permanence, l’imminence du départ les unis pour ce banquet d’adieux.

Ignorant d’un futur hasardeux, quelques uns se forcent à manger avec appétit dans le doute de ce que leur réserve le lendemain.

Chris Johanson à la forte stature semble le plus affecté. Ses bras aux biceps apparents sont croisés sur sa poitrine aux pectoraux proéminents. Une longue chevelure blonde qui encadre sa forte tête est rejetée en arrière, il dépasse bien de trois têtes Akiiko et Ia penchées dans une attitude de respect avant le repas. Quand à Iznir, on n’en parle pas, sa barbe au ras de la table trempe dans son assiette,  à voir les mouvements saccadés de ses mains, on dirait qu’il n’a rien avalé depuis 40 jours.

Petit à petit les uns et les autres font plus ample connaissance. Après avoir jaugé les aptitudes tant mentales que physiques de ceux qui seront leurs amis dans les péripéties futures, une tendre camaraderie se noue. Déjà les récits de hauts faits, d’anecdotes truculentes créent des liens parmi ces compagnons de route.

-«Je ne voudrais pas gâcher ce charmant banquet. »

C’est Yorik, encore Yorik, toujours Yorik, il s’est installé au centre des tables, il est perché sur un escabeau de bois celui là même que Maître Pietroquino avait amené pour suspendre ses victuailles à l’abri des animaux et des nains affamés après leur jeûne expiatoire de trois jours.

Yorik gesticule au risque de faire perdre l’équilibre à son perchoir instable. De loin on croit qu’il brandit un bouclier brun, informe. Une fois qu’il a retrouvé une pose plus conventionnelle, il lève au-dessus de sa tête une plaque de bois.

C’est un rondin découpé de façon fort nette, de multiples lignes parcourent les veines de teintes variées. A la façon d’un labyrinthe, courbes, chemins, impasses donnent à cette tranche d’arbre des aspects de parchemin. Circonvolutions, volutes, arborescences et noeuds dessinent sur la planche une toile, un réseau que le premier venu pourrait qualifier d’anarchique.

LA Carte
-« Voici LA Carte ! »

 Lifeline la Gardienne des Chemins touche Mamma Dream du coude, un sourire en coin en murmurant : - «  On est pas sorti de l’Auberge ! ». Les deux femmes pouffent de rire attirant un regard noir du Nain qui ne fait peur à personne.

-« Chacun des Doigts, vous serez porteurs de la Carte. Loin de vous diviser, la Carte vous sera peut –être indispensable au cours de vos pérégrinations. Il vous suffira de la placer au centre de votre groupe et d’invoquer la rune de l’animal qui vous accompagne pour voir où sont les autres groupes. Psalmodier « ashlopf » (Unité)  chacun dans votre langue pour parcourir les strates temporelles et  découvrir le Chemin. »

-« C’est LA Carte du Temps »

Une exclamation  de stupeur, mêlée de joie, de surprise, mais aussi d’incrédulité, il faut bien le reconnaître se lit sur les bouches béates.

-« La Carte du Temps : chaque Doigt en sera porteur, elle a été gravée dans le même tronc de l’Arbre du Temps aujourd’hui disparu. »

Yorik : Maître du Temps descend avec précaution de son escabeau, rampe sous une des tables et disparaît un instant derrière le gros chêne. Il ne lui faut pas plus de quelques minutes pour revenir les bras chargés d’une pile de rondelles de bois qui lui cache le visage. Il fait le tour des tables et commence sa distribution.

Quand chacun des « Doigts » dont les chefs et les membres se précipitent sur la carte a récupéré son pesant attribut d’orientation, Yorik s’exclame en soufflant :

-«  Une pour nous aussi Corbeau, je pense qu’Yvan qui nous accompagne sera assez fort pour la porter. »

Il en reste une. Six cartes ? Les visages se scrutent mutuellement interrogatifs.

-« Approche Aubergiste ! »

Pietroquino s’essuie les mains à la hâte sur son tablier et s’approche perplexe à pas lents de Yorik.

-« Approche. »

Faisant un pas à sa rencontre, Yorik lui tend la carte de bois.

-«  C’est pour toi, tu l’accrocheras dans ton auberge, histoire de redonner un peu d’espoir au village. Ils pourront suivre la quête et les combats des « Doigts de la Main ». Attention ! Ne l’utilisez que dans la profondeur du doute et de l’inquiétude. »

-« Allez, prends !»
Et c’est ainsi qu’ils le virent partir sa carte sous le bras.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article