Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Je sortais d'une longue et pénible maladie cloué cinq semaines dans un lit d'hôpital , j'avais vu la mort dans un cauchemar chevaucher une moto du III ème Reich, son visage osseux de Camarde décharnée sous un casque de combat aux insignes infamantes, j'avais soutenu son regard jusqu'au fond des orbites vides de son crâne sec.
 
Le mois de mai tirait à sa fin quand nous sommes allés en Camargue montrer les flamands roses, la mer, les étangs, les remparts d'Aigues-Mortes à Esther qui était venue passé 10 jours de correspondance afin de perfectionner son français.
 
Remparts d'Aigues-Mortes
 
 
Les places étaient rares dans les auberges des Saintes-Maries-de-la-Mer. Nous avions trouvé une petite chambre avec deux lits d'appoint pour les enfants.
Le toit de l'église fortifiée d'où l'on peut voir la mer et les étangs ne désemplissait pas de son flot de touristes, les gitans nombreux pour ce rassemblement tentaient vaille que vaille de faire quelques sous en vendant vannerie, herbes de Provence, linge de maison et proposaient divers services dont le badaud de passage n'avait guère à faire : rempaillage de chaise, affûtage de couteaux, étamage de plats en cuivre, en étain, bourrellerie.
 
Nous étions sur la grande place, mon épouse jetait un œil sur des robes aux coupes estivales, les filles respiraient des essences de lavande sur un stand qui proposait entre autre, des brûles-parfums, des bâtons d'encens, des bagues et des boucles d'oreilles extravagantes comme dans les années 70.
 
J'étais planté là, face à Notre Dame de la Mer. Une petite femme coiffée d'un foulard rouge s'est approchée de moi, d'un age indéfinissable, sa peau était noire comme celle de Sainte Sara dans la crypte, pas de froufrou montant de sa robe à volant, son châle bigarré bien que sale et sentant la suie était une pure merveille de travail fait-main. Elle a levé son visage lunaire vers moi en disant :
 
« Donne-moi ta main et tu sauras ton destin.
Je suis la Bonne Aventheureuse !»
Je lui ai tendu la main droite qu'elle a refusée.
« Donne-moi ta main gauche, je n'ai pas besoin de la droite, ton caractère se lit sur ton visage. »
 
Elle s'est penchée sur la paume de ma main, je ne voyais que le nœud de son foulard et le gros peigne de bois qui tenait son chignon. Deux grands anneaux d'or encadraient ses joues. Son index a parcouru fermement, comme au rythme des pas, les lignes, les croisements, les sillons, les monts et les vallées, les détours que je connaissais bien mais dont les arcanes des glyphes m'étaient pourtant inconnus.
 
« Tu viens de traverser une dure épreuve. Mais ta ligne de Vie continue au delà de la Croix. »
« Tu es né de l'Amour mais tu en as manqué les premiers jours.
Tu t'enflammes et parfois tu marches seul le cœur froid. »
 
Elle m'a ensuite mis en garde sur le futur, j'aurais des choix à faire et c'est par des lettres et des chiffres que je ne vous dirais pas qu'elle a posé les jalons de mes chemins futurs, le choix de mes fréquentations.
 
«Je n'annonce que les bonnes choses, je suis la Bonne Aventheureuse , cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'obstacles sur ta route. Tu connaîtras ta descendance et atteindras tes 97 ans. N'oublie jamais ta mère partie trop tôt !»
 
Je n'ai rien pu répondre elle avait tout entrevu, l'abandon à ma naissance, la maladie, la mort de ma mère adoptive à un moment où j'avais encore besoin d'elle.
Je sais que vous pensez que ses mots sont assez flous pour convenir à n'importe qui.
 
Ses paroles m'ont touchées à un tournant de l'existence où, après l'épreuve de la santé je pensais mon avenir bien compromis.
 
« Donne moi de l'argent ! »
J'ai fouillé dans mes poches pour y trouver un billet de 50 francs que je lui ai donné. J'ai senti le regard amusé des passants.
« Encore un pigeon qui se fait plumer ! »
 
Elle a disparu dans la foule sans dire merci, c'est moi qui voulait la remercier.
 
 
 
 
Je suis allé seul dans la crypte sombre, dans quelques heures, drapée de ses habits multicolores elle allait traverser le village portée par les hommes. J'ai allumé un cierge parmi des centaines qui brûlaient déjà, le visage de Sara la Noire s'est illuminé elle avait les yeux de la Bonne Aventheureuse.
 
 
camp gitan aquarelle
 
 
Nous nous sommes cherchés, les filles ont sans doute profité de la chaleur de l'après-midi pour une baignade. Le soir est tombé.
Nous nous sommes retrouvés Avenue Van Gogh près des Arènes pour manger une paëlla, elle avait une autre saveur, celle de la vie, comme le son des guitares sur la plage autour des feux qui éclairaient la nuit sans faire concurrence aux étoiles.

Commenter cet article

ecureuilbleu 15/11/2011 21:08



Une bohémienne m'a dit aussi la bonneaventure dans les rues de Grenade il y a bien longtemps : mariage avec l'homme qui m'accompagnait et deux enfants : un garçon et une fille. Il y avait du vrai
: nous nous sommes mariés et avons eu 2 enfants : 2 fils... Bonne soirée



Ava 12/11/2011 15:01



J'adore ce dessin, les couleurs denses ! et je n'ai pas du tout penser à la "bonne aventure" dans le genre gitane !!! super !


bravo pour ce texte, si savoureux !



FMarmotte5 13/11/2011 09:29



Denses ou dansent, alors on danse! Merci



Martine du JdV 11/11/2011 21:18



une petite pause hors réalité qui fait du bien au coeur et au moral souhaitons bon vent , à l'aventure, à la bonne aventheureuse ! ;-)
bonne soirée



FMarmotte5 14/11/2011 15:08



Entre le passé et l'avenir il y a le présent une réalité tout de même,  car il est espoir. Merci pour ta visite.



erato:0059: 09/11/2011 21:53



Ton histoire est magnifique , un conte qui a un parfum de réalité . Bonne soirée Pierre



FMarmotte5 10/11/2011 18:30



Un heureux mélange onirique et de réalité qu'on nomme maintenant : "réalité augmentée" Cordialement et bon week end.



Zazou :0059: 09/11/2011 19:51



Mon dieu quelle histoire...manquerai plus que mes dinosaures fassent une incursion dans ton texte... 


Bonne soirée Pierre, bises



FMarmotte5 10/11/2011 18:21



ça vient quelle bonne idée.



Ountés Passat 09/11/2011 13:40



Une magnifique histoire très touchante.



Franklindoeil 09/11/2011 12:12



Ton histoire est magnifique, je me demande parfois si il n'y a pas un peu de vécu dans tout ça.Quand aux illustrations, elles reflètent tout à fait le fond de l'histoire.


Bravo Pierre, c'est toujours un plaisir de te lire.



FMarmotte5 10/11/2011 18:23



merci pour ton com encourageant j'ai des progrès à faire en dessin, une question de temps.


bon week  end



jill-bill.over-blog.com 09/11/2011 12:08



Bonjour Pierre... La bonne Aventheureuse... tu y a pensé !  Superbe récit... A ta longue ligne de vie, tchin.... Jill bien amicalement



FMarmotte5 10/11/2011 18:26



Es-cet avec toi que j'avais utilisé ce mont au déaprt du genre "faute de frappe" une dislexie des doigts comme pour Diamanche ou felure pour fleur? Biosu pour bisou et j'en passe...


Cordialement passe un bon week end et demain 11 11 11 !



robin 08/11/2011 20:23



tu n'as jamais voulu être romancier?



FMarmotte5 09/11/2011 10:31



Je m'amuse,  je crois qu'il faut plus d'assiduité dans l'écriture pour être romancier.



Quichottine 08/11/2011 19:41



Je sais que l'on peut penser qu'elles arnaquent, mais, pour avoir croisé l'une d'elles un jour et l'avoir écoutée, il n'en est rien.


Elle savait beaucoup trop de moi sans m'avoir jamais vue.


 


Passe une douce soirée, Pierre. Et un grand merci pour cette bonne Aventheureuse.



FMarmotte5 09/11/2011 10:33



Encore un mystère et peut être bcp de psychologie et d'empathie?


Merci de ta visite sur ce texte difficile pour moi à écrire!


Bonne journée.



Martine27 08/11/2011 18:35



Superbement tournée ton histoire !



FMarmotte5 09/11/2011 10:42



Est-ce bien une histoire? Si ma famille n'était pas là pour me dire qu'on est bien allé aux "saintes" je ne saurais plus si c'est vécu ou rêvé?