Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Je croyais avoir «  tout lu » de Stevenson . Sans tapage, ni fanfare, la nouvelle est arrivée à mes oreilles par un interview à la radio en avril pour se concrétiser en juin par un cadeau de mes enfants.

 

Michel Le Bris, spécialiste de Stevenson, travaille déjà depuis quelques années sur un de ses manuscrits inachevé . Antérieur à « L’île au trésor » ce texte possède déjà la semence de ce que sera l’œuvre et la vie du compagnon de Modestine.

 

malle en cuirLe fondateur du festival « Étonnants voyageurs » relève le défi de terminer le roman. Par une pirouette littéraire, Michel Le Bris entretien le mystère avec lequel Stevenson nous laisse sur notre faim au chapitre IV du livre II. Le lecteur est en haleine , avide de connaître le secret le la « Malle en cuir ».

 

Au nord de l'Écosse sur l'île d'Inchamagine, « la Société Idéale », ses six compères affrontent revers et tempêtes. Jurons, ombres du capitaine Silver et de Long John, whisky, Michel Le Bris et Stevenson tiennent la barre dans les manœuvres de marine malgré les grains et les coups de vent, trouverons-ils une baie, un mouillage , un peu de repos ? Le lecteur est du voyage.

 

Aventure humaine dans le bouillonnement idéaliste du XIX e siècle, il semble que tout soit encore permis. Clairvoyance, distance et humour de l'auteur de « Dr. Jekyl et Mister Hyde » sont omniprésents, la nature humaine et ses travers sont de sérieux obstacles à la réalisation de projets fous comme les rêves et les utopies en 1877.

Tout y est pour être fou : la rupture avec le train-train bonhomme d'une vie et carrière toute tracée. Questionnement de jeunes adultes avant de se lancer au sortir de leurs études dans la vie active. Des voleurs, des amours, des virées de nuit, des naufrages, le manque d'amour maternel, une nounou comme la « brave Cummy », la solitude, l'amitié, le non-dit du roman familial, les îles sous le vent... flibustiers, constructeurs de phares, marins, aubergistes, veuves et bien sûr : une malle.

 

De santé fragile Stevenson aurait pu se contenter d'écrire, mais comme Jim après le récit du « Vieux loup de mer à l'Amiral-Benbow », il s'embarque pour l'aventure.

Michel Le Bris nous donne de ses nouvelles via Blackburn et malgré son départ en 1887 pour l'Océanie, j'ose croire qu'à Vailima aux Samoa , « Tusitala », « le conteur d'histoires » anime encore les soirées devant un « Fale tele » traditionnel.

 

 

La Malle en cuir ou La Société idéale, Robert Louis Stevenson.

 

Roman achevé par Michel Le Bris.

 

Gallimard nrf collection «  Du monde entier». Avril 2011.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

claudia 31/07/2011 22:07



L'un de mes auteur préféré avec J. London  tu me le conseilles ? Je devrai en août, avoir plus de temps pour
lire. Bonne soirée. Claudia



FMarmotte5 02/08/2011 19:42



Je pense que le thème te plaira et en plus je l'ai trouvé assez drole.


passe une bonne soirée.



ecureuilbleu 24/07/2011 17:22



Merci pour cette découverte dont je n'avais pas encore entendu parler. Bonne soirée, Pierre



FMarmotte5 27/07/2011 18:26



J'aime beaucoup le style de Stevenson ça détend.



annielamarmotte 20/07/2011 15:04



merci Pierre pour ce passionnant article



Marine D 20/07/2011 11:47



Quel joli nom Modestine ! Je le soufflerai à Xavier mais nous somme dans l'année des B...



FMarmotte5 23/07/2011 16:52



Dans 21 ans alors les M ?



ADAMANTE 20/07/2011 00:42



Bonsoir Pierre, je serais curieuse de lire ce livre, tout en me demandant s'il est vraiment opportun qu'un nouvel auteur termine d'écrire le roman inachevé d'un autre, même s'il y réussi, cela me
laisse perplexe. Amitiés



FMarmotte5 20/07/2011 10:54



Bonjour Adamante


Pour un amateur de Stevenson, il est tout à fait dans la veine de l'auteur. Une présentation au début de Michel Le Bris, nous en dit plus sur l'homme et la pèriode dite "Bohème" à Barbizon avec
les peintres ( le projet péniche phalanstère avec son frère) où il rencontre Fanny. Le Bris a déjà publié les textes plus confidentiels de Stevenson des "années bohémiennes", la correspondance ,
les "Nouvelles milles et une nuits" . On en sait ainsi plus sur son enfance, ses rapports avec son père, sa démarche d'écrivain. J'ai bien aimé.


Amitiés.



robin 19/07/2011 21:29



moi j'ai lu que l'île au trésor 



FMarmotte5 20/07/2011 10:56



Je pense que "Dr Jekyl et Mr. Hyde" te plairait, très moderne et  imagé  pour l'imagination d'un lecteur de BD c'est idéal.



Marine D 19/07/2011 18:18



Quelle bonne idée d'achever une histoire, c'est triste un livre inachevé,  je penses que Le Bris y a mis tout son talent pour que la lecture soit palpitante...
Eh oui, aujourd'hui les ânes n'étaient pas loin Pierre ! 



FMarmotte5 20/07/2011 11:00



Comme toujours avec Stevenson, il y a plusieurs niveaux de lecture. Le Bris s'en tire bien sans empièter sur le talent de l'auteur, je trouve que c'est une bonne idée, sans doute Modestine lui a
t il soufflé le mystère de la Malle?



nono 19/07/2011 17:49



Merci pour l'info.


Moi je connais juste un bout de chemin de Stevenson !!!


Un vrai fan Pierre 



FMarmotte5 20/07/2011 11:05



bonjour Nono, pour suivre Stevenson, il faut se lever tôt, j'ai fait celui avec Modestine, mais s'il fallait le suivre il faudrait aller en Californie sur la route de Silverado puis prendre un
shooner pour les îles Samoa... alors, je voyage loin le nez dans un bouquin ... pour l'instan,t on verra ce que l'avenir nous réserve?


Merci de ta visite.



Quichottine 19/07/2011 17:01



Merci pour tes précisions... Je regarderai ce livre à l'occasion.


Bonne soirée, Pierre.



Quichottine 19/07/2011 15:25



Je suis loin d'avoir tout lu de lui... Mais j'apprécie de savoir que tu l'as fait...


 


Tu es donc en mesure de me dire si l'on voit ou pas la patte de Michel Le Bris dans ce roman repris par lui... Ou si tu aurais pu le lire sans savoir que ce n'était pas Stevenson qui l'avait
achevé.


Qu'en penses-tu ?


Est-ce pour toi une bonne chose que ces romans inachevés le soient par d'autres ?



FMarmotte5 19/07/2011 16:13



Une citation de Stevenson ainsi qu'une petite note bien tournée permettent de passer de l'un à l'autre sans mystification. J' avais des "a priori" mais je dois reconnaître que la pirouette
employée par Michel le Bris  est d'une grande finesse. Oui le style change, mais le monde de la mer, son vocabulaire que les deux manient avec aisance sont là pour nous bleuffer avec
plaisir. Le biographe chez Le Bris n'est jamais loin.


C'est la première fois que je lis ce genre d'exercice et je dois dire que c'est réussi.