Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Quand on traverse villages, bois et campagnes sur le plateau de Chambaran, le visiteur de passage s’étonne des noms de lieux.

Voie du Tram

Café des Tramways

Place de la Gare

Impasse du Tunnel

Il a beau s’asseoir sur un banc et attendre : il ne verra pas le train passé....
Ni l'entendre siffler comme dans cette vieille chanson des années 60.

 


C’est pourtant un joli circuit de 20 kilomètres en vélo (aller-retour il faut compter 40 km. pour le trajet complet et 400 à 500 m. de dénivelée) qu’il est possible de faire de Viriville à Saint Antoine l’Abbaye.

Les cartes IGN 25 000 Beaurepaire 3134 O ainsi que St Etienne de St Geoirs 3134 E vous seront utiles, car ce que nous appelons « La Voie du Tram » prend parfois les chemins de traverse et sort des routes goudronnées.

Histoire.

Pendant toute la deuxième moitié du XIX ème siècle, un réseau de voies ferrées va désenclaver la campagne française, et les Chambarans attendront 1897 pour voir cette ligne relier Saint Marcellin à Lyon.

Une autre voie dite « Etroite » relie vers Grand-Serre le Pichat à Saint Vallier dans la vallée du Rhône, mais la jonction ne sera jamais faite.

Voie étroite, car au lieu des 1.435 m. de largeur du réseau national l’écartement entre les rails est souvent de 60 cm. (parfois jusqu’à 1 mètre).

Après avoir été T.D.I. la société s’appelle T.O.D. Tramways de l’Ouest du Dauphiné

Ce Tramway baptisé « Le Tacot » par les autochtones a circulé de 1897 à 1937.

Lors de la création du camp de Chambaran, une gare permettait l’acheminement des troupes et du matériel.

Durée du trajet.

C’était une aventure que d’aller à Lyon

Saint-Marcellin –Lyon 8h 40 mn. de trajet avec changement de train à La côte Saint André et 45 mn. d’attente.33 mn. d’attente à Roybon.

Dans l’autre sens il ne faut pas moins de 12 h 18 mn.

La locomotive à vapeur est une Pinguély 030 T n° 31 sauvée de la casse et encore en service sur la ligne touristique de Tournon à Lamastre des « Chemins de fer du Vivarais. »

L’arrivée de l’automobile ainsi que la manutention nécessaire pour les transbordements ont signé l’arrêt de mort de ces lignes à voie étroite.

L’intérêt pour le vélo, c’est que ce circuit épouse les courbes de niveau et permet de faire de « douces montées ». A tel point que du temps du « Tacot », les gens en retard à la gare peuvent le rattraper dans les montées ou changer de wagon un peu plus loin.

Comme j’habite sur le plateau, quand je prends mon vélo, où que j’aille je dois descendre pour faire le circuit ! Pour éviter de faire les grosses « bavantes » comme la Combe Massot » ou « La Croix de Toutes Aures », je commence par les bonnes descentes et reviens par les « Voies du Tram ».

Trajet depuis Viriville.

« Quand on entendait siffler le train à la gare de Marcilloles, c’était signe de beau temps. »

Prendre  la direction du Camp de Chambaran

La Combe de  la Maria jusqu’aux Bajeaux puis la Combe du Rafour.

Au lieu dit : «  Sans Souci » tourner à gauche et passer devant le hameau de Perretière et ses étangs. Le chemin est en gravillons et monte doucement jusqu’au plateau jusqu’à l’ancienne gare du Camp de Chambaran devant les stèles du Souvenir du Maquis.


Continuer plein sud par : « la route du Tram ». Les traverses ont été laissées sous le goudron et en vélo vous aurez droit à un massage des fessiers gratis à chaque bosse.

Passage du Galaveyson sur un petit ouvrage presque invisible (un pont  avec voûte dans les arbres).

Le Grand Fayard et descente sur Roybon.











On passe en bas du village (sans monter voir la Statue de la Liberté) devant le Café des Tramways , une belle maison avec sa façade de galets roulés de la Galaure puis l’ancienne gare maintenant Office du Tourisme.

 


Anecdote

Quand je travaillais à l’Hôpital Local de Roybon, au début, une terrasse avec des bancs regardait vers le sud. Souvent des « Grand-mères » atteintes de ce nous n’appelions pas encore la maladie d’Alzheimer sortaient l’été pour aller s’asseoir sur les bancs et chauffer leurs vieux os. Parfois certaines hélaient le passant en demandant : « A quelle heure passe le train ? » Le promeneur ignorant leur répondait que ça faisait longtemps qu’il n’y avait plus de train. Quel était le plus Alzheimer des deux ? Alors avec de la répartie elles passaient commande d’un Picon ou d’une « Petite Verte ».Le promeneur s’en allait en hochant la tête se demandant si « c’était du lard ou du cochon ! »

A Roybon, nous prendrons la route de la Trappe de Chambaran en passant devant le lac.

La côte est facile pour rejoindre la Trappe, puis quelques virages nous conduisent au Chemin de l’Estrat.

C’est une ancienne voie romaine. La voie du Tram s’est perdue un moment dans les bois et les champs, on distingue les buttes et les fossés. Nous la retrouvons à la Chapelle Redon

Ici, il vaut mieux faire le circuit en descente car nous roulons dans l’herbe et des chemins agricoles.
Nous sommes sur la commune de Dionay au dessus des poétiques hameaux de

« la Queue de Furand » et du « Cul de Perrette » par le fameux

 Tunnel de Dionay  vers la Ville d’Or.

La commune de Dionay propose aussi un beau circuit pédestre avec toutes les explications sur des panneaux.

La gare de Dionay est habitée, nous rejoignons la D27a pour atteindre Saint Antoine l’Abbaye, car la route du Tram n’existe plus ensuite, perdue dans les combes et les champs de noyers qui donnent à cette partie du circuit son air si Dauphinois.

Le Pont de fer qui traverse le Furand n’existe plus, les habitants de Dionay  pouvaient se préparer à rejoindre la gare en entendant le sifflet du train et son ferraillement caractéristique au passage du Pont, à moins d'apercevoir son panache de fumée.

Pour cette équipée entre Bièvre, Chambarands et bas Grésivaudan, il est préférable de prendre les cartes, et je dois indiquer pour certains (ils se reconnaîtront) que ceci n’est qu’une idée de parcours et ne constitue en aucune sorte un passage obligé évidement « paumatoire » à souhait dans le dédale des chemins, des Feytas, des Combes, des Moilles et j’en passe.

Sources.

Site de Dionay et Wikipedia.

Livre : Viriville entre Bièvre et Chambaran de Marie Louise Eymond-Brochier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie poupée 11/05/2014 07:37

Très intéressant ton article Pierre ! un beau parcours pour ce tram !

JA 25/02/2013 14:45


super "reportage"


je crois que le tram de la vallée du Grésivaudan s'appelait aussi tacot, il allait presque jusqu'à Chambéry


vous parlez aussi des fameux galets de la Galaure qui ont servi au facteur Cheval pour construire son magnifique palais


voilà les beaux jours, enfin on l'espère, de belles ballades à faire....


A bientôt


JA

FMarmotte5 06/03/2013 11:17



Ici c'était la ligne St-Marcellin-Lyon un autre tacot, Chambéry c'était une autre ligne comme celle de Grand-Serre -St-Vallier, qui n' a jamais été reliée à l'isère; des voies dites "étroites"
délaissées à l'arrivée de l'automobile :-( Bonne journée.



vélo-pépère 29/04/2011 17:47



Très intéressant ce parcours. Peut-on le fait avec un vtc ? Un carte sur un outil comme openrunner serait bien utile en complément de ces info. Merci de nous faire envie.


Jean-Michel



FMarmotte5 30/04/2011 09:50



Oui ça peut se faire en vtc, c'est une espèce de "traversée" à moins de revenir par la route c'est joli aussi. je ne suis pas trop "nouvelle techonologie" avec gps embarqué etc... plutôt marcheur
en montagne que cycliste, j'ai l'habitude de mes bonnes vieilles cartes IGN 25000, on a fait le canal du midi avec des séquences préparées dans geo-portail en 16 000, c'est souvent là que j'y
prépare les parcours.


Cordialement



Moqueplet 07/12/2009 07:59


de superbes endroits tellement bien décrits que les amateurs de balade ne pourront qu'aller y faire un tour....nous aussi nous avons "la voie du tram" c'est un parcours de santé......bonne journée
à toi


FMarmotte5 07/12/2009 12:37


Il y avait des trams de partout au XIXéme siècle, mais ça passe souvent dans de beaux endroits.
Merci de ta visite
Ici ce n'est pas très fréquenté