Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

L’Isère va ouvrir « L'année Rousseau »  pour fêter les 300 ans de la naissance du philosophe.
 
Désert de Rousseau
 
 
Par ici, la moindre balade, passage dans un village garde la mémoire de celui qui participa à l'élaboration de l'Encyclopédie avec Diderot sur les questions de musique.
J'ose imaginer que cette sensibilité lui a fait aimer les endroits tranquilles et le silence et qu'il n'avait pas besoin du dictionnaire pour faire la différence entre balade et ballade étant promeneur et musicien.
 
 
« Le plaisir d’aller dans un désert chercher de nouvelles plantes couvre celui d’échapper à mes persécuteurs et, parvenu dans des lieux où je ne vois nulles traces d’hommes, je respire plus à mon aise comme dans un asile où leur haine ne me poursuit plus. »
Les Rêveries du promeneur solitaire, Jean-Jacques Rousseau.
 
Comme à Ermenonville, à deux pas de Grenoble, il a fréquenté un « Désert » lors de son séjour dans la capitale des Alpes. Sur la Commune de Seyssinet-Pariset, dans le domaine des Vouillants, Rousseau venait herboriser.
Le circuit est court, les 3 kilomètres se parcourent en 1 heure, il offre de belles vues sur la ville de Grenoble.
 
Grenoble
 
Désert de l'Ecureuil
 
 
Le départ se situe sur la D 106 qui monte à Saint Nizier du Moucherotte et le Vercors. Dans un virage au sortir de Seyssinet, se trouve un parking avec un petit monument. Le site se nomme le « Désert de l’Écureuil ». Des panneaux indiquent le circuit, par un large sentier on rejoint le Pré Faure lieu de promenade des habitants de Fontaine à 2,5 Km. du Parc Karl Marx.
 
 
Désert Rousseau Gorge
 
Revenir vers le sud où un petit canyon dans le bois monte doucement vers le Château de Beauregard. Le lieu est clôt de murs, et comme à l'entrée d'un Paradis, des portes indiquent :
 
porte désert Rousseau
 
 
« Le Désert de Jean-Jacques Rousseau », c'est ouvert, entrez, pas de gardien.
Carte 25 000 IGN Grenoble 3335 OT.
Le retour le long de la route prend à peine ¼ d'heure.
 
 
Désert de Rousseau Vue Chartreuse
 
Ce n'est sans doute pas ici que Rousseau a fondé le mythe du « Bon sauvage » et ce n'est pas en quelques mots que je pourrais développer ni les idées, ni les contradictions de l'auteur des « Confessions ».
Encore peut-être néophyte en botanique ? Les gens du cru en savaient plus que lui. Rousseau a failli s'empoisonner en mangeant des baies lors de son séjour à Grenoble en juillet et août 1768. Il relate cet épisode dans « Les Rêveries du promeneur solitaire », voici un extrait de la Promenade VII
 
« Durant mon séjour à Grenoble je faisais souvent de petites herborisations hors de la ville avec le sieur Bovier avocat de ce pays-là, non pas qu’il aimât ni sût la botanique, mais parce que s’étant fait mon garde de la manche, il se faisait, autant que la chose étoit possible, une loi de ne pas me quitter d’un pas. Un jour nous nous promenions le long de l’Isère dans un lieu tout plein de saules épineux. Je vis sur ces arbrisseaux des fruits mûrs j’eus la curiosité d’en goûter et, leur trouvant une petite acidité très-agréable, je me mis à manger de ces grains pour me rafraîchir ; le sieur Bovier se tenoit à côté de moi sans m’imiter et sans rien dire. Un de ses amis survint, qui me voyant picorer ces grains me dit : eh ! monsieur, que faites-vous là ? Ignorez-vous que ce fruit empoisonne ? Ce fruit empoisonne, m’écriai-je tout surpris. Sans doute, reprit-il, et tout le monde fait si bien cela, que personne dans le pays ne s’avise d’en goûter." Je regardai le sieur Bovier et je lui dis : "Pourquoi donc ne m’avertissiez-vous pas ? — Ah ! monsieur me répondit-il d’un ton respectueux, je n’osais pas prendre cette liberté." Je me mis à rire de cette humilité dauphinoise, en discontinuant néanmoins ma petite collation. J’étois persuadé, comme je le suis encore, que toute production naturelle agréable au goût ne peut être nuisible au corps ou ne l’est du moins que par son excès. Cependant j’avoue que je m’écoutai un peu tout le reste de la journée : mais j’en fus quitte pour un peu d’inquiétude, je soupai très-bien, dormis mieux, et me levai le matin en parfaite santé, après avoir avalé la veille quinze ou vingt grains de ce terrible Hippophage, qui empoisonne à très-petite dose, à ce que tout le monde me dit à Grenoble le lendemain. Cette aventure me parut si plaisante que je ne me la rappelle jamais sans rire de la singulière discrétion de M. l’avocat Bovier. »
"Les Rêveries du Promeneur solitaire"
Septième promenade .
 
Ce mois de février 2012, je n'ai croisé que des merles qui chantaient gaiement le retour du printemps, ils ont fait dresser l'oreille de mon petit-fils de trois mois qui s'éveille au monde.
 
Fragon piquant
 
Question herborisation, je n'ai vu que quelques baies de fragon piquant ou « Petit-Houx » et je n'ose imaginer que c'est avec la baie de cet arbrisseau que Rousseau a failli nous priver de la fin des « Confessions », qu'il a terminé à Maubec près de Bourgoin où nous irons bientôt.
 
 
Les "Bouffons" ne me tiendront pas querelle si je choisis un morceau de Jean Philippe Rameau pour illustrer en musique cette page.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rifle 04/04/2014 11:40

Très intéressante cette anecdote sur Rousseau qui faillit s'empoisonner, c'est quand même très risqué de se dire que tout ce qui est bon au goût ne peut faire de mal :)

cathy 26/06/2012 09:07


m'intéressant à ROUSSEAU je découvre la poésie de votre blog et suis sous le charme. J'irais au désert avec ma petite famille et penserais à vous. Amicalement. Cathy

FMarmotte5 27/06/2012 09:44



Dans la région il y a bcp à voir sur Rousseau, pas loin à Maubec, il y a une belle maison où il a vécu, et Chambéry bien sûr, Par tronçon je relie les "Confessions" outre la forme un peu désuète,
il reste moderne dans l'intimité de ses confidences.


Cordialement.



Maous d'Autriche 03/04/2012 18:27


Bel article, passionant à lire entre tes mots et ceux de Rousseau.
Bien amicalement, maous

JA 17/03/2012 20:08


Beau cliché de Grenoble, et ce fameux casque du Néron qui m'impressionne toujours...


Musique de Rameau pourquoi pas c'est le printemps et bientôt PAques....


a bientôt


JA

FMarmotte5 04/04/2012 10:34



Il s'agit de JP Rameau musicien avec lequel Rousseau a eu des "démèlés" lors de la fameuse "Querelle des bouffons" et non de la fête homonyme.



marine D:0019: 03/03/2012 05:06


Il prit la menace à la légère notre grand Rousseau ! Je ne sais pas ce que valent les baies de petit houx, je n'ai jamais essayé par contre ! Jolie promenade qui serait dans mes cordes, peut-ête
! C'est vrai que dans ce désert là on doit respirer à l'aise loin  des bruits de la grande ville...


Bises Pierre

Quichottine 02/03/2012 10:26


J'ai un peu de mal avec Rousseau... mais cette promenade est bien agréable. Merci !


Passe une belle journée, Pierre.

FMarmotte5 02/03/2012 10:51



Je te comprends, pas mal de "féministes" ont du mal avec lui : du genre "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais!" J'embêtais les profs pendant les explications de texte sur l'Emile en leur
rappelant que Rousseau avait abandonné 5 enfants aux "enfants-trouvés". Ses rapports avec "maman" Mme de Warens et les "fessées" en ferait un bon objet de psychanalyse ;-)


Je risque de faire plusieurs articles sur lui, ses périples encadrent mon domicile, je ne sais pas si je pousserai jusqu'à Chambéry, en tous cas je m'amuse à relire les Confessions et les
Rêveries, d'un autre oeil en scrutant les noms de lieux, avec le recul de l'age j'y trouve beaucoup de comique . Un autre temps.


Passe une bonne journée.



ADAMANTE 01/03/2012 19:52


Merci Pierre, pour Rousseau dont la richesse du style m'a toujours emportée, pour Rameau (j'ai écouté plusieurs fois ce morceau de clavecin en te lisant).  Belle soirée.

FMarmotte5 02/03/2012 09:17



Avec cette "Année Rousseau", je suis allé sur mes étagères ressortir les "Confessions" et les "Rêveries" et y traquer les passages qui parlent de coins près de chez moi, ce que je n'avais pas
fait plus jeune quand le programme au lycée proposait des "morceaux choisis". j'aime beaucoup les passages, plus confidentiels qui parlent de la vie de tous les jours, des détails.


Je pense que j'aurais d'autres occasions de partage de textes?


Bonne journée avec cette nature qui renaît et se prépare a une éclosion toujours aussi nouvelle.