Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

 
«Le Papilio de Quichottine & Davy Durand est comme une papillotte de Noël, il faut lire le message qui est à l'intérieur en dégustant lentement la friandise»

 
Papilio
 
 
J'ai transmis mes « impressions » sur Papilio à ma façon comme si j'en faisais une page du genre « critique littéraire », j'ai bien aimé le lire , sans longueurs, ni ennui.
 
Je me suis amusé de ce genre de mots : « Boutons aux couleurs d’absence » et j'aurais aimé voir le dessin d'une  « sandale droite » que j'imagine dressée contre un mur bien droite et « un soulier gauche » si gauche qu'il en serait maladroit !
Dans l'image finale Papilio aurait il abandonner son « crayon magique » pour un clavier ? Mais ceci est peut-être « une autre histoire » ?
 
 
« Ceci n'est pas un roman » aurait écrit Magritte si Quichottine lui avait demandé de peindre son histoire. En place des visages voilés et évidés, Davy Durand nous présente un petit bonhomme à l'adolescence avancée au visage ravi à peine ébauché mais qui attire la sympathie dès la première page : il a le nez dans un livre. Son histoire car c'est une histoire qui ne commence pas comme un conte par « Il était une fois » bien qu'on retrouve cette phrase 2 fois en 3 pages, oui je compte !
 
Cette histoire pourrait très bien être contemporaine, des indices géographiques et littéraires sont là pour en attester.
La « voix off », en l’occurrence la conteuse Quichottine semble le connaître, Papilio n'est donc pas un personnage si solitaire que cela. Bien que ses compagnons d'aventures soient des dragons orientaux dont nous savons qu'ils n'ont rien de communs avec les nôtres, ils sont pacifiques et porteurs de chance et des géants …entre autres, mais il ne faut pas trop en dire. Et on laissera à la « Psychanalyse des Contes de fées »(*1) le soin de faire les rapprochements nécessaires s'il est besoin d'en extraire la « substantifique moelle ».(*2)
 
Un peu touche à tout, Papilio, malgré son nom « Papy » n'a pas encore la maturité ni l'expérience au sortir de l'enfance pour affronter le monde. Il n'est pas naïf mais il cherche son chemin, que va t il faire de sa vie ? Sa « maman » en littérature le qualifie de « Doux Rêveur » mais il est prévoyant, organisé il ne laisse pas les choses au hasard, il poursuit un but. Tout les ingrédients y sont : l'Amour, la Quête, l'objet magique et l'adversité.
 
Pas de morale dans le récit, les choses ne tombent pas toutes crues (ni cuites),
Notre héros doit travailler dur. Quichottine en narratrice raconte des choses très intimes, des anecdotes, des confidences, et nous fait connaître Papilio dans sa démarche, sa pensée, son raisonnement comme si ce petit homme lui était proche. On en arrive à penser que Quichottine est elle-même un personnage du roman ? Serait-ce son monde qu'elle nous ouvre, ses lectures, son imaginaire, une aventure entre le rêve et la réalité ?
 
Les notes en bas de page sont autant de pistes à explorer, et les dessins de Davy Durand sont des fenêtres pour l'âme et les yeux sans pour autant faire double emploi avec le récit ni aller contre l'imaginaire du lecteur mis à contribution au fil des pages.
S'il est une étoile dans le livre elle est plus proche de celle inaccessible chantée par Brel que les monstres nocturnes des constellations de la mythologie grecque immortalisés dans les musées où Papilio vient parfois y chercher de l'inspiration.
 
Il ne s'agit pas d'une échappatoire facile car l'expérience acquise au cours des pages ouvre sur un avenir que tout le monde peut envisager, qu'il soit peintre, musicien , poète, voyageur, mécanicien, pilote d'avion, journaliste, architecte, dilettante ou simplement désœuvré pour un peu qu'il soit un « Doux Rêveur » car c'est en fait une histoire d'amour.
 
Nous voudrions en savoir plus car ça ne se termine pas non plus par le trop commun : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. »
 
 
*1 : Bruno Bettelheim: La psychanalyse des contes de Fée.
*2 : Le Gargantua : François Rabelais
 
 
Papilio chez : TheBookEdition.com 4e trimestre 2012
 
 
 
 

Commenter cet article

annielamarmotte 02/01/2013 18:42


je savais que l'analyse de Pierre serait un régal!

FMarmotte5 06/01/2013 15:25



, j'espère que ça donnera un bon coup de pouce à cette belle découverte.



josette 27/12/2012 13:45


depuis qq jours je tentasi d'écrire à Quichottine...brouillon sur brouillon ça ne ressemblait pas à ma pensée mais voilà tu l'as fait !


bravo


 

patriarch 27/12/2012 06:47


Je l'ai lu plusieurs fois..et me sont revenus en mémoire mes rêves d'enfant. Pas tout à fait ceux ci, mais pas bien loin de la trame Magnifique livre merci !

LADY MARIANNE 26/12/2012 20:57


une belle critique littéraire ! bravo !
je viens de chez fanfan -
bonne soirée- amitiés-

Jeanne Fadosi 24/12/2012 18:53


Comme je me retrouve en tant que lectrice dans ton itinéraire de lecteur. et je trouve à la fois audacieux et fort pertinent de rapprocher Bruno Bettelheim (envers qui j'ai pris mes distances
sans le rejeter complètement) et Rabelais (que j'aime toujours autant et que je n'arrive pas à opposer à Montaigne comme les doctes gens ont coutume de le faire, j'apprécie les deux).


Et comme c'est bien mieux écrit que je n'aurais pu le faire !

FMarmotte5 26/12/2012 09:12



A chacun son feeling devant un texte, j'ai envoyé le mien à Quichottine avant de la publier. Je connais les diversions autour de Bettelheim et la nouvelle approche psychanalytique sur le rêve et
le conte. Quand à Rabelais, les géants de pierre de Quichottine  me rappellent tellement ces épisodes de passages de Pantagruel dans nos montagnes où de nombreux sommets et pierre portent
les exploits de l'enfant de Gargamel.


J'aimerais lire ta "critique" du "Papilio". Lit-on tout le "Petit-Prince" aux enfants? J'ai profité de ces fêtes de Noël pour faire un sondage auprès de mes neveux souvent ce ne sont que quelques
passages qui sont connus, voir montés en scènettes dans les écoles avant de devenir des "livres de chevet" pour des pensées plus intimes. J'espère que le "papilio" trouvera ce genre de lecteurs.
Passe de bonnes Fêtes de fin d'année Cordialement.



Caroline.K 24/12/2012 08:19


Bonjour Pierre,


Ta note de lecture me donne très envie de découvrir une histoire d'amour peu ordinaire. Je vais l'ajouter à ma longue liste de livres à explorer en 2013. Je garde le lien pour le retrouver le
moment venu.


En tout cas, j'ai écouté et réecouté la quête avec émotion. Hummm ! merci à toi


CaroLINE

Quichottine 21/12/2012 17:30


C'est vrai que c'est une merveilleuse page... Merci, Pierre.


J'espère que Clo recevra son exemplaire avant Noël...


Passe une douce soirée.

midolu 21/12/2012 17:05


Pour continuer dans la ligne de Clo, c'est aussi une critique dont la lecture fait surgir une jubilation à reconnaître des ressentis communs, et la béatitude enchantée de partager, vraiment.


Je n'aurais pas su mettre les mots, tu l'as fait. Merci Pierre.


Bonne fin de journée.

Clo 21/12/2012 13:04


C'est une de ces critiques qui donnent envie de se ruer sur le livre.


Merci Pierre :)


Bonne journée