Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

La barque de Christophe Charon était amarrée sur le bord du fleuve quand nous sommes arrivés. Depuis plusieurs lieux les cris et les plaintes retentissaient à la ronde. Virgile sûr de lui m'a fait comprendre que nous approchions des berges du Styx. La nuit de Samain s'annonçait froide et mystère-rieuse.
 
 
Barque de Charon aquarelle
 
 
Ce n'était ni le Pactole ni l'Eldorado, simplement le Styx et il me semblait le voir pour la première fois, normal comme le titre du film : « On ne meurre qu'une fois ». Ses eaux tranquilles, sournoises et traîtresses recouvertes d'une brume épaisse coulaient au rythme de nos pas sur le chemin de halage que nous empruntions avec notre ami Dante. Pour sa part, il avait quitté Béatrice; nous, faiblement chargés portions dans nos sacs à dos le strict minimum pour une aventure sans retour.
 
On ne peut pas dire que l'ambiance était ni bucolique, ni aquatique, ni océanique, ni céleste car un chaos d'objets commençait à garnir les rives. Ici, un building de verre à l'enseigne d'une banque, là, un coffre sans doute celui d'Harpagon, plus loin de rutilantes limousines aux vitres teintées remplies des boues nauséabondes du fleuve jusqu'au volant, leur conducteur sans GPS avait perdu le nord depuis quelques années si l'on en jugeait pas les algues qui garnissaient ce qu'il faut bien appeler : « La place du mort ! ».
 
Une nappe de vif-argent renvoyait les reflets du couchant naissant, les irisations moirées d'une fuite de gazole était un arc-en ciel mal venu dans ce paysage désolé. Un galion de l'Armada échoué sur un lit de sable cachait un groupe d'hommes affairés dans l'eau jusqu'à mi-cuisses, courbés en deux, le nez au ras du courant, les manches retroussées. Ils grattaient le fond de la rivière en quête de pièces d'or, de couverts en argent, de couronnes, de lingots, Rolex et gourmettes de prix, de colliers et de chaînes, de ciboires et de calices. Des chasubles brodées, de la lingerie fine de soie ou de dentelle dérivaient lentement comme des corps vides, des dépouilles errantes.
 
À propos de chaînes me dit Virgile : « Ce sont les Orpayeurs, il n'ont rien compris, ils croient encore que le passeur est Charon et qu'ils sont sur l'Achéron. Ici c'est le Styx et c'est Cherti qui a pris du service ces derniers temps. Il ne demande rien pour la traversée seulement d'être dénué de tout, sans attache, sans boulet comme les nuages : nous sommes les âmes errantes. »
 
J'ai posé mon petit bagage sur la berge ne gardant qu'une chemisette et un short de circonstance. Christophe Charon était adossé à un arbre aux couleurs d'automne pour sa pause syndicale, un freux perché très haut craillait au vent mauvais. Nous avons hélé un passeur, le nocher est venu avec sa tête de bélier pour nous faire traverser. Sans rame, c'est muni d'une longue perche qu'il poussait sa frêle embarcation.
 
Quand nous avons dépassé le groupe d'Orpayeurs, il a pris une poignée d'oboles et les a lancés dans le courant au milieu des banquiers, avares, radins, grippe-sous, princes de ce monde, puissants et menteurs de tous poils.
Avides, il se sont jetés dessus, certains se sont noyés une autre fois, six ont coulé, les autres, quand ils sont arrivés sur place, n'ont trouvé que des ronds dans l'eau.
 
Le ruisseau de mon enfance coulait tranquillement à mes pieds quand je me suis réveillé de la sieste, la bouche pâteuse, j'ai tendu mes mains en coupe pour en boire une gorgée. Quand j'ai vu mon visage se refléter dans l'eau j'avais 100 ans, une barbe naissante, le poil gris... D'où peut bien venir ce mot : « Orpayeurs»  me suis-je demandé ?
 
PF
 
 
Merci à Jill-Bill pour ce clin d’œil à la langue et à La Sardine pour les jeux de l'Arbre à Mots.
 
 

Commenter cet article

C.Kiminou 30/10/2011 00:45



Je m'attendais à beaucoup choses mais pas à ce voyage mythologique plein de jeux de mots et de sourires. J'ai beaucoup aimé les fameuses mystères rieuses. Du coup, j'ai retapé sur google pour
m'assurer que je savais ce qu'était les orpayeurs. Et ouf, je ne m'étais pas trompé, c'est bien un de ces jeux si chers à la blogosphère et pas mon cerveau qui me jouait des tours. La californie
n'était pas si loin.


Je me demande comment Sarah Bernhardt ou Arletty aurait pu dire ton texte ?


CaroLINE




Marine D:0044: 27/10/2011 21:10



J'aime ta barque, et j'aurai pensé aux chercheurs d'or moi aussi, mais tu nous a amené bien plus loin...et puis j'ai lâchement laissé tomber, trop de choses à faire !


Ton texte est toujours aussi savemment ciselé c'est un bonheur Pierre !



annielamarmotte 27/10/2011 14:36



moi je n'ai pas accroché  alors deux fois bravo



soakette la sardine 27/10/2011 14:08



en retard mais ça valait tellement le coup !!!!! merci infiniement !!!



Franklindoeil 25/10/2011 19:14



Je ne sais pas si c'est toi qui a fais l'aquarelle mais en tout cas, bravo l'artiste.


Quand au mot orpayeur, ne cherches plus, je sais d'où il est issu.


Il nous vient tout simplement de l'imagination de Jill-Bill.Merci à toi encore une fois pour cette merveilleuse histoire.



FMarmotte5 25/10/2011 21:20



Oui depuis que ff ne fais plus de cours de dessin j'essaye de continuer à dessiner et peindre. Une histoire de saison ;-) merci pour ta visite.



Zazou :0059: 24/10/2011 20:45



Très joli coup de crayon...


Bonne soirée Pierre, bises



Joëlle 24/10/2011 17:51



De belles lignes qui accompagnent un travail à l'aquarelle très réussi, compliments Pierre



CRBR 23/10/2011 22:51



bravo Pierre encore un trés bon texte !



Quichottine 23/10/2011 21:20



ça doit faire drôle de se réveiller centenaire...


En tout cas, ton conte est comme toujours très bien mené.


Merci, Pierre, pour ce partage.


 


Passe une douce soirée... sasn Styx à traverser.



FMarmotte5 26/10/2011 21:58



Un jour ou l'autre on se retrouve sur la rive. C'est mon humeur chaque année vers fin octobre...ça passe quand la neige arrive ;-) bonne soirée à toi.



Robin 23/10/2011 20:03


Une très belle participation en tout cas !!!!


FMarmotte5 23/10/2011 20:10



Avec un peu des accents de Toussaint :-))