Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Les premiers hommes sont allés au delà de l'horizon des gorges de l'Olduvaï en Afrique de l'est.

Pour quelles raisons ?

 

La faim , la curiosité, le besoin d'aller voir plus loin, sans doute quelques esprits plus aventureux sont partis par delà les montagnes franchir le Serengeti, monter au nord, traverser des bras de mer, des déserts de sel, des toundras, des glaciers, des steppes inconnues?

Abraham quitte Ur pour le pays de Canaan, Colomb traverse l'atlantique, Stevenson part vers le sud avec Modestine et tant d'autres, Stanley, Monfreid, Peary, Cook, conquérants ou migrants, inconnus, illustres, tombés dans l'oubli et anonymes.

 

Non que je sois fatigué de la lisère du bois, le Petit Pierre de Prokofiev franchit la portelle du jardin de son grand-père pour aller chasser le loup. Au loin vers le sud par delà le Vercors, une autre montagne m'attend, après c'est la mer.

 

Col de la Bonette

 

 

Avant de parvenir au col de la Bonette 2715 mètres en automobile, Barcelonnette et Jausiers racontent encore une histoire de départs.

Forts de leur expérience de colporteurs dans les Alpes, passeurs de frontières les habitants de la Haute Ubaye, partent vers les « Amériques » le Mexique surtout. Certains font fortune dans le négoce, les banques, le commerce de tissus et reviennent passer une retraite aisée dans la vallée.

Ils font construire de belles villas mexicaines .

 

 

Jausiers

 

Depuis, la ville est jumelée avec la Valle de Bravo.

 

Nous n'allons pas jusque là, le 12 septembre 2011 nous montons à la cime de la Bonette et sur la table d'orientation déjà voir la traversée à pied prévue dans le Mercantour.

Le Tenibre dresse sa pyramide de 3000 mètres , la vallée de la Tinée tombe rapidement entre les pentes abruptes.

 

Moutons Bonette

 

Un troupeau de moutons profite des derniers brins d'herbes avant la Saint-Michel qui marque le démontagnage et le retour dans la vallée.

La transhumance est encore voyages et départs.

Les mélèzes n'ont par encore allumé le feu de leurs aiguilles avant l'automne.

 

Restefond

Camp des Fourches 

 

Nous laissons les ruines des guerres passées, les camps, les bastions de Restefond, les forts pour rejoindre avant le soir Saint Étienne de Tinée, point de départ de nos 4 jours de « mini-raid » en montagne.

 

 

St Etienne de Tinée

 

Nous dormons au gîte « Le Corborant », sur le GR 5 très fréquenté de la Grande Traversée des Alpes. Tenu par de sympathiques hôtes, l’accueil et la nourriture sont à la hauteur de nos attentes.

 

Un brin de causette avec une américaine et un écossais, bavard je crois les avoir un peu saoulés avec mes anecdotes sur la montagne, les moutons, les loups, les refuges, les cols.

Nous partageons le copieux repas avec des normands qui découvrent la montagne, des projets de vie, de randonnées : savent-ils où ils vont mettre le doigt ?

 

Demain le beau temps annoncé promet une belle journée, nous ne redescendrons dans la vallée que vendredi prochain.

Demain nous nous lèverons à 7 heures pour déjeuner à 7 h30 .

Demain, nous jetterons nos sacs sur nos épaules.

Demain nous laisserons la voiture, la télé, la radio.

Demain.

Demain, nous monterons .

Demain, nous oublierons hier et demain pour ne connaître que le présent du pas de la marche.

Commenter cet article

C.Kiminou 03/10/2011 22:02



Bonsoir Pierre,


C'est étonnant comme j'ai pu voyager en lisant ce texte plus que par les images d'ailleurs, c'est étrange non ? Merci pour cette douce évasion.


Demain, nous oublierons hier et demain pour ne connaître que le présent du pas de la marche.


CaroLINE



Ecureuilbleu 25/09/2011 21:02



J'aime aussi partir, découvrir de nouveaux payasages, mais j'aime aussi rentrer chez moi. Merci pour tes belles photos. Bonne soirée et amiités



ADAMANTE 21/09/2011 11:38



Ah l'orthographe des commentaires ! on rajoute le x à "beau(x) paysages".


Tant pis pas de bon point pour moi aujourd'hui.



FMarmotte5 21/09/2011 11:44



Je crois que je fais de même, je ne m'applique pas beaucoup en orthographe sur les com(s), mais tu soulignes une faute que je n'avais même pas vue, je finis mon "courrier des lecteurs" pour aller
vister mes aminautes, j'ai enfin fini de ranger mes 6 tonnes de bois, alors la journée est moins sportive.



ADAMANTE 19/09/2011 23:15



Et dire que "sans sortir de chez lui, le sage connaît les hommes"... il se prive quand même de si beau paysages et de tant d'aventures.



FMarmotte5 21/09/2011 11:25



"Pierre qui roule n'amasse pas mousse" Merci pour ta charmante visite , bises. Voilà pour le bon point



JA 19/09/2011 20:25



oui partir pour découvrir c'est bien, mais revenir aussi....merci pour cette belle ballade


A bientot


JA



FMarmotte5 21/09/2011 11:26



Préparation, aventure, retour, c'est ce qui est bien dans le voyage, on en profite longtemps avant pendant et après.



robin 19/09/2011 19:45



merci pour ces articles plein de culture !!!



Quichottine 19/09/2011 17:19



Comme il sera beau, ce demain que tu nous peins !


 


Et, en attendant, je me régale de tes images... Bon, ils auraient pu démonter le ? Bon, le truc qui nous empêche de voir le paysage et qui nous oblige à imaginer des soldats en faction...


Mais rien ne peut être totalement parfait.


 


Passe une douce soirée, Pierre. Merci pour cette balade.



FMarmotte5 19/09/2011 19:17



Le truc est la cloche d'une tourelle, faute de vaches dans le sud il me fallait bien une photo de cloche, il reste hélas bcp de vestiges et de souvenirs de guerre, d'autres occasions de départs
dans le passé . Promis Quichottine le reste sera plus nature.


Bonne soirée.



Marine D 19/09/2011 14:16



Tu m'as fait faire un bien beau voyage dans le temps, Pierre. Partis de si loin, nos ancètres, ces explorateurs, ces assoiffés de l'ailleurs qui nous ressemblent au fond, on les comprends, aller
voir de l'autre côté de la montagne et encore un peu plus loin, c'est tout le plaisir de la découverte... On voudrait longtemps que demain... encore...



FMarmotte5 21/09/2011 11:30



Merci de ce joli com Marine, le temps et le voyage le présent toutes ces choses à apprivoiser, malgré sa longue histoire , l'homme garde les mêmes instincts, une respiration que de rester et
partir, une quête de ce qui est finalement le bonheur de vivre.