Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Restanque Aiguines

 

 

Depuis des générations les paysans  :

-élèvent les pierres pour cultiver : les restanques.

-enlèvent les pierres des champs pour faucher, labourer, semer,  ces tas de pierres sont les clapiers.

 

Clapiers Bauduen

 

Des plantes comme  le chardon, la vipérine, potentilles, orpins, joubarbe et silènes les colonisent, ils abritent de nombreux insectes et petits mammifères.

Dans les pentes plus raides des murs de pierre sèche sont érigés pour former des terrasses propices à l’agriculture.

 

Restanques Bauduen

 

En Provence ce sont les restanques.

En Ardèche les vase (pronocer vasè) en Lozère ce sont des bancels

Les expressions sont diverses et variées selon les régions.

La construction de pierre sèche est un art dont le savoir-faire se perpétue. L.G. dans son blog « pierreseche » dévoile les détails de cet artisanat.

Plus loin des cultures et des villages, dans le Verdon, chaque commune possède une zone traditionnellement  épargnée par l’exploitation du bois, en des temps plus anciens les charbonniers n’y travaillaient pas. C’est le « Défens ». Le chêne vert, le chêne pubescent, le chêne kermès aux feuilles piquantes comme le houx et de tout petits glands y poussent, c’est comme une réserve. Interdite de pacage, les sangliers par contre ne se gênent pas pour y pénétrer.

Au milieu du « Defens »  en des lieux tenus secrets, les chênes blancs y sont parfois truffiers.

 

Chêne blanc Défens

 

Nous y avons croisé un homme et son chien. Les mots de Jean Giono me sont revenus en mémoire :

«  Lou pastre que toujour noun fumavo anè cerca un saquetoun e vuejè sus la taulo un tas d’aglan… …Quand aguè ansin davans èu cènt aglan perfèt, s’arrestè e anèren s’ajassa. 

La compagnié d’aquel ome dounavo la pas.»

  

« La compagnie d’un tel homme donnait la paix. »

Une présence fugace vite emportée par le léger vent « mountagniero » m’a fait penser que c’était peut être Elzéard Bouffier.

NB : extrait en provençal de « L’homme qui plantait des arbres », « L’ome que plantavo d’aubre » de Jean Giono . L’ancèu libre. Collection Janus.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L. G. 20/07/2012 20:35


Merci!!!


et bravos pour vos articles

Quenard.Lucien 16/11/2010 14:04



Merci pour le détail du defens. suite à une sortie Vtt vers le St Baume,j'ai vue souvent l'appelation Defens


je voudrais savoir si c'est possible?la definition des lieu-dit


que l'on retrouve souvent dans les communes   Merci



FMarmotte5 16/11/2010 14:30



La Colle,il semblerai que ça veut dire Colline comme Colin à vérifier dans le contexte ou avec une carte merci de votre passage. Souvent les parcs naturels sont aussi bien renseignés.



Quichottine 26/10/2010 18:18



J'aime bien le secret qui entoure certains lieux et que l'on se transmet de père en fils... C'est comme un lien de plus vers "sa terre".


 


Afin qu'elle ne puisse pas mourir.



FMarmotte5 27/10/2010 17:53



Moi qui suis sans racine et sans terre j'aime aussi cette idée du secret et de la transmission.



alex 26/10/2010 10:11



Quelques vestiges d'une époque et une pratique intéressante de la pierre.



FMarmotte5 27/10/2010 18:16



La tradition se perpétue. le savoir-faire se transmet. On y reviendra peut être sous peu.



ecureuilbleu 25/10/2010 23:33



Je ne connaisais aps les différents noms de ces murets de pierres sèches. Merci pour les infos et bonne soirée



FMarmotte5 27/10/2010 17:47



Les voyages et internet sont d'incroyables mines de découverte, je trouve la vie et la rencontre des gens et des coutumes passionnantes.


bonne soirée