Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Spoliés flyer

 

Nous déambulions avec ma fille dans les rues piétonnes de Grenoble entre librairies, marchés de Noël, en quête d’achats originaux. Nous venions du quartier Saint Bruno où nous avons trouvé dans une épicerie asiatique des graines de haricot mungo à faire germer. Nos pas depuis la place Grenette nous ont conduit vers la Place aux Herbes  dans ce que Geneviève  nomme affectueusement : « Les Petites Rues », en quête de cardamome et de graines de pavots bleues pour la pâtisserie. C’est dans une petite boutique Arabe que nous avons trouvé notre bonheur.

Les habits auréolés des senteurs du Moyen Orient,  nous sommes allés Place Saint André pour entrer par hasard dans la cour de l’Ancien Parlement voir l’exposition « Spoliés  ! ». Le Billet

 

 

 

 

 

 

Du pire : la froideur de l’installation des lois « aryennes », les acteurs de la spoliation des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Cette politique prend le nom d’ : « aryanisation économique », sont présentés : Hitler et son « Mein Kampf », chaque fois ce nom et cette photo me donnent la nausée. Sur les cotés, des photos racontent l’histoire avec les  acteurs nationaux et régionaux ainsi que la pleine collaboration du général Pétain. « Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. » Sun Tzu , « L’art de la guerre ». Hitler  a mis en pratique tout ce qu’il a écrit, très tôt intellectuels et politiques  auraient pu prendre conscience de ce qu’allait devenir ce conflit.

Le cœur de l’exposition est une émouvante présentation des victimes, familles, entreprises, personnages de l’industrie, des arts, petits artisans, ouvriers de ganterie rassemblés autour de la Torah ouverte à la page de l’Exode. Nous n’entendons pas le Shofar pour un appel  à la prière.

 

Torah

 

On touche le fond dans cette réalité qui n’a plus rien de livresque pour nous les générations d’après-guerre. Ni livres d’Histoire, ni biographies romancées : on touche du doigt la réalité froide et dure des techniques et méthodes nazis,  les spoliations, les tortures, les dénonciations, la délation, les exécutions sommaires, la déportation.

 

expo spoliés

 J'ai bien dit technique, l’exposition montre les fac-similés de la bureaucratie nazie et de la milice. La préparation scientifique de l’appareil d’état pour recenser  les biens, les usines, les ateliers et les personnes. Les documents sont d’une humanité qui transcende le temps et l’histoire.

Ce n’est pas que l’or, et les biens immobiliers, on apprend que le domaine d’Ambel propriété de la Famille Erlich  est aussi dans la liste.

 

 

Ambel

Ferme Ambel 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La  ferme  d’Ambel devenue refuge où nous dormons souvent, ainsi que les pâturages de la Tête de la Dame que nous traversons pour nos randonnées de printemps dans le Vercors.

Dans un village voisin une maison a été vidée de ses meubles et tableaux.

Du Puy de la Gagère, c’est le champ de bataille de Vassieux qui revient à ma mémoire.

En filigrane de plus en plus lisible, c’est le visage des hommes qui est mis sous la lumière.

Nous pénétrons dans un appartement vide  aux tapisseries arrachées, les tableaux de famille ont laissé une marque vide sur les murs,  la porte d’entrée ne s’orne plus de la Mezuzah accueillante. Plus loin, c’est un cube noir où l’on ne passe que la tête pour voir les visages des disparus à Auschwitz, Buchenwald, Dachau, Sobibor et autres lieux innommables : il y a pire que le pire.

Il faut pourtant dire le nom des disparus pour leur mémoire, il faut aussi nommer  ceux qui ont combattus. Comme des bas reliefs, les exactions nazies sont montrées sans la complaisance  de la couleur actuelle, des clichés noir et blanc post mortem vous arrachent le coeur.

 

L’organisation de la Résistance nous guide vers une issue victorieuse aux cotés d’anonymes partisans, héros d’un jour et  forces vives de la nation, puis l’abrogation des lois racistes après la Libération le 22 août 1944 pour Grenoble.

René Cassin, Pierre Mendès-France, Yves Farge, Emile Terroine posent et promulguent, arrêtés et lois afin de mettre fin à l’ignoble injustice.

 

Yves Farge

 

Un sentiment d’amertume me prend quand je lis sur un des panneaux avant la sortie le sort des bourreaux : un tel  a fini ses jours dans son lit avec seulement quelques années de prison, un autre a rejoint l’Espagne franquiste pour y continuer son sale travail de propagande.

L’exposition itinérante dont l’entrée est gratuite sera à Grenoble jusqu’au 26 février 2011 dans l’Ancien Palais du Parlement place Saint-André.

Le 27 janvier, c’est :

 « Journée internationale à la Mémoire des Victimes de l’Holocauste ». En lien avec le Musée de la Résistance et de la déportation de l’Isère 14, rue Hébert 38 00 Grenoble.

 

Dehors le froid glacial nous retrouve et la statue du Chevalier Bayard « Sans peur et sans reproche » se dresse dans le soir naissant de l’hiver, comme si tous les combats étaient justes ?

 

Bayard

 

Celui de la Ville de Grenoble l’a été. Le 5 novembre 1944, le Général De Gaulle remet à la ville  la Croix de la Libération . Avec cinq communes françaises, Grenoble est  Compagnon de la Libération aux cotés de Nantes, Paris, Vassieux en Vercors, l’île de Sein.

 

Sur le retour en coupant par l’église Saint-André, un catafalque est tendu en vu d’une cérémonie funèbre.

Ce n’est pas un Requiem qui s’élève dans mon cœur mais ces mots de Jorge Semprun dans « L’écriture ou la vie. » alors qu’ils inspectent les châlits du Petit Camp à Buchenwald après sa libération le 11 avril 1945. A la recherche de survivants, avec Albert ils entendent chanter :

 

« Ainsi, la mort parlait yiddish…

Soudain en tournant à tâtons dans une courte allée latérale, il me semble que nous touchons au but. La voix, déchirée, rauque, murmurée, est toute proche désormais…

…Je n’ai jamais vu de figure humaine qui ressemble autant à celle du Crucifié. Non pas à celle d’un christ roman, sévère mais sereine, mais à la figure des christs gothiques espagnols. Certes, le christ en croix ne chantonne habituellement pas la prière des morts juive. C’est un détail : rien ne s’opposerait, je présume, d’un point de vue théologique, à ce que le Christ chante le Kaddish. »

 

 

Les clichés ont été pris avec l'autorisation des personnels présents à l'entrée, merci pour leur l'acceuil et leur humaine disponibilité .

Commenter cet article

Quichottine 22/01/2011 00:15



En réponse à ta question.. oui, bien sûr, tu peux le signaler, mais je serais heureuse de lire ce que tu auras pensé de ce livre.


 


Passe une belle journée.



FMarmotte5 22/01/2011 10:25



Bonjour Quichottine, voilà une semaine que je l'ai terminé bouleversé, étonné comment Semprun avec lui, nous fait interioriser et faire "notre" ce vécu. Il est de coté pour l'instant, je ne sais
pas quand je vais en parler, le livre de Calaferte et "Si c'est un homme" de Primo Levi sont à coté sur le rayon, j'ai des vagues d'intérêts comme ça.  à là suivre donc, je ne manquerai pas
de te soumettre mon texte avant d'y mettre un lien vers ton artcile.


Bonne fin de semaine.



Marine D 12/01/2011 11:30



Tu sais les joies du nouvel an sont vite passées , nous aurons d'autres occasions de nous réjouir j'espère, en tout cas rien n'empêche de se souvenir des heures tristes, et de ceux qui ont
combattus... dont nous sommes fiers. Lire dans Famille Prénom Léonce, je te le chercherai si tu veux... C'était mon père. 


Bises Pierre



Marine D 09/01/2011 20:25



Merci de rappeller tous ces faits, ces exactions, ces horreurs, ma famille a bien connu cette période de la Résistance, et je ne peux oublier tout cela que nos proches ont vécu...



FMarmotte5 12/01/2011 11:20



Bonjour Marine, la présence du Vercors tout proche où je me rends souvent  fait que les lieux même lointains et perdus me rappellent souvent cette pèriode de l'histoire, ici tous les cols
portent 3 ou 4 plaques commémoratives des combats contre les troupes d'élite de l'Alpenkorps.


Merci de ta visite sur cette page après les joies du Nouvel An et que j'ai longuement hésité à publier.



JA 07/01/2011 20:56



Merci pour ce bel article, toujours nécessaire ces rappels de cruauté humaine...


J'ai visité le mémorial de la Shoah à Paris, j'en suis ressortie pétrifiée...


Mes parents s'étaient eux rendus sur les lieux des camps de la mort car ils n'arrivaient pas à croire cette ignominie....


JA



FMarmotte5 12/01/2011 11:30



C'est sur Grenoble jusqu'en février.


Oui, c'est bouleversant.



nono 07/01/2011 19:53



Oui Pierre


C'est bien de rafraîcir la mémoire des gens car on oublie vite que parfois l'être humain peut être barbare.


J'ai visité Aussi Oradour  sur Glane.


Bonne soirée.


Nono



FMarmotte5 12/01/2011 11:23



Je suis passé à Oradour sur Glane, ado j'avais lu "Treblinka", oui il ne faut pas oublier


bonne journée



Martine27 07/01/2011 18:05



Quel splendide musique, le Christ était avant tout un juif. Cette période noire de notre monde est à conserver dans notre mémoire collective. Je ne peux m'empêcher d'être fascinée par cette
époque pour cet incroyable mélange d'horreur et d'héroisme qu'elle a révélé



josee baud 07/01/2011 15:18



Poignant. Il est bon de se rappeler, au travers de cette exposition que tu


nous fait partager, ce qui a été, et ce qui est encore possible d'être.


A garder dans notre mémoire.





Marie-Josée



Quichottine 07/01/2011 12:09



Je n'ai pas vu cette exposition, je la visite à travers tes mots... mais j'ai passé de longs moments au Mémorial de Caen.


 


C'est difficile, de parler de cette époque, parce que je ne l'ai pas vécue sinon au travers de ce que j'ai entendu, par mes parents et ceux qui étaient aux premières loges... et qui en ont gardé
de profondes cicatrices qu'ils avaient du mal à panser.


 


Semprun, je l'ai découvert tard, mais j'ai aimé, beaucoup. Personnage un peu ambigu mais qui écrit tellement avec ses tripes qu'il ne peut pas laisser indifférent.


 


http://quichottine.over-blog.com/article-13451037.html


 


L'écriture ou la vie est pour moi un chef d'oeuvre.



FMarmotte5 12/01/2011 11:16



Je continue la lecture de Semprun, je ferais peut être un article dessus? Est-ce que je pourrais y mettre ton article en lien? Peu doué pour les biographies ta vision de l'auteur est
signifaictive et pertinente.


Je n'ai pas non plus vécu cette pèriode, mais mes parents (adoptifs, beaucoup plus agés que moi) en parlaient beaucoup avec différents événements personnels heureusement peu tragiques au regard
de la déportation.


Bonne journée



Alexandre 07/01/2011 11:43



Une très sombre page de l'histoire de l'humanité. Il faut continuer à transmettre ces événements de génération en génération pour que rien ne soit oublié.



Adamante 07/01/2011 11:42



Comme j'espère que beaucoup prendront le temps de lire cet article qui nous amène aussi à nous poser les questions du rôle de l'oubli dans le retour d'un tel danger. 


En visitant La Paz, tout en bas, dans de superbes villas, en toute liberté et jouissant des bienfaits de la vie des riches, des criminels nazis ont terminé leurs jours sans être inquiétés. Tandis
qu'en haut de la ville vivent les Indiens et la misère. 



FMarmotte5 12/01/2011 11:28



J'ai des amis Allemands qui citent ce dicton anglais quand on parle de la Shoah avec eux.


Le jeu de mots est intraduisible.


"Forgive but not forget"


"Pardonne mais n'oublie pas"



m'annette 07/01/2011 11:26



Emouvant partage..
Je n'ai toujours pas compris comment des êtres humains ont pu agir ainsi,


et je ne comprends pas davantage les dérapages auxquels nous assistons aujourd'hui (quand je dis dérapage, c'est gentil!!)


Près de chez nous, c'est la visite des ruines d'Oradour sur Glane qui m'a pétrifiée


Et merci de cette balade dans Grenoble.. J'ai habité Meylan, et je garde un excellent souvenir de cette région


Bonne journée!