Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Elle est arrivée un matin très tôt sans faire de bruit. Son parapente orange fluo flashait dans le ciel bleu sans nuage d'une aube Zartienne exceptionnelle.

 

1 mètre 90, brune aux yeux verts, la nuque dégagée par une coupe droite. Le vent avait quelque peu dérangé une frange raide sur un front haut et fier qui donnait à ses sourcils sans finesse un aspect sévère et autoritaire. Son visage sans une trace de hâle était d'une blancheur étonnante sous ces latitudes de Zart' soumises à des ensoleillements portés à leur maximum quand les deux soleils étaient en conjonction.

Le tableau est brossé comme on dit.

J'étais de bonne heure de bonne humeur au jardin. J'ai toujours préféré les premières heures du jour pas encore trop chaudes pour biner et sarcler, le vieux meunier était déjà parti bien avant que je me lève, il m'avait laissé un mot sur la table:

- « Ramasser les tomanzanillas mûres avant midi pour une livraison exceptionnelle.»

 

Je n'avais encore vu personne venir les chercher. Le matin il en chargeait quelques cagettes pour emmener au moulin, des nomades locaux longeant le bief s'arrêtaient souvent pour emmener un sac de farine, les tomanzanilles étaient toujours bienvenues.  

Sans un mot, sans un bonjour, elle s'est avancée alerte dans les allées de tomanzanilleros, palpant les fruits à point d'une main experte. Son vernis à ongle mauve et brillant tranchait avec la blancheur de ses mains qu'elle avait longues et fines aux attaches fragiles.

 

Carnet de voyage à Zart page 5

 

Elle marchait pieds nus dans la terre déjà brûlante, un caillou acéré lui a fait pousser un juron puissant que je n'avais encore jamais entendu, ni sur Zart', ni nul part ailleurs dans la galaxie : Z....!

Quand elle est revenue, j'étais dans la grange en train d'empiler des cagettes. J'avais fait deux bonnes rangées, je m'apprêtais à faire une petite pause matinale dans le frais de la cuisine de pisé quand elle m'a aboyé aux oreilles.

- J'ai à te parler.

- A qui ai-je l'honneur ? Me suis-je entendu dire.

- On est pas chez la Reine Mère de Zart' ici, mon nom est Esmezarta, on va travailler ensemble.

- Enchanté, moi c'est Jorge je ne suis que de passage.  

Esmezarta m'a poussé à l'ombre dans la petite maison, elle a du pencher la tête pour passer la porte, elle s'est assise en face de moi, le soleil Alpha éclairait la table. D'un geste sec elle a sorti un papier de la poche de sa chasuble beige qui cachaient ses formes que je devinais généreuses .  

 

« Recette »

J'ai retrouvé le sourire, calmé mes appréhensions , j'allais connaître la recette de la fameuse tarte de Zart ' aux tomanzanilles. Je lui ai proposé un verre de tisane de prêles, mais elle a repoussé l'offre avec dédain en disant :

-Je ne bois pas de cette bibine, attends un peu qu'on fasse une boisson branchée avec la tomanzanilla.    

J'ai jeté un coup d’œil au document qui n'avait rien d'une recette de cuisine. Les chiffres s'alignaient en comptes complexes. Des tableaux d'amortissement, des pourcentages, des barèmes sophistiqués, des courbes prévisionnelles , des bilans de production. Je déchantais, quand, en dernière page j'ai reconnu un plan de la petite ferme , dans l'angle nord, un énorme hangar de plusieurs luts de superficie, 2 luts de hauteur. Vers le sud, la petite parcelle que je m'étais engagé à entretenir en contrepartie du gîte et du couvert devenait le départ d'un plan d'extension gigantesque. Jusqu'aux confins des zones arides ce n'était qu'espaliers et fils, tuyaux de plastique agricole. On devinait même un prolongement du bief sur plusieurs centaines de luts afin d'irriguer ce projet fou, le pire, il était en béton.

 

-Ne t'affole pas, tu n'auras plus besoin de tirer l'eau du puits, tout sera mécanisé. Tu n'auras qu'à gérer la préparation des commandes qui viendront par centaines, tu seras au frais dans le hangar climatisé aux commandes d'un chariot élévateur clinquant qui ne fera même pas de bruit.

Devant mon visage étonné, mes sourcils froncés, la bouche ouverte sans voix elle s'est sentie obligée d’éclaircir la situation.

 

-Je suis la petite nièce de Pedrito, il est gentil mais il n'a jamais eu plus d'initiative que son moulin, son blé et la minable demeure où il t'héberge. Je suis tutrice de ses biens depuis la mort de ma grande tante. Ne sais-tu pas que le tourisme se développe sur Zart' ? C'est une mine, il y a des Zartöks a faire, la tomanzanillas aime ce climat et j'ai prévu toute une série de produits dérivés de la production : pâtisserie, jus, compotes, salades de fruit et même je crois qu'on pourrait avoir la licence pour produire un alcool de tomanzanille. On pourrait aussi l'exporter, l'incorporer dans des cocktails pour la clientèle de luxe. Le zeste entrera dans la composition de produits cosmétiques : shampoings, crèmes et lotions « Zart' le vaut bien ! »

 

Ses ongles mauves tapotaient nerveusement la table, ses yeux verts cherchaient une réponse, elle s'est renversée sur sa chaise d'un geste assuré en sortant un contrat vierge et un stylo de la même couleur que ses ongles.

Je me suis levé doucement, je suis monté dans la petite chambre prendre mes affaires rapidement en les fourrant dans mon sac à dos. Quand je suis redescendu elle était absorbée par le plan de masse qui couvrait toute la table; au sol une perspective d'intégration de Tomanzan-Co. sans concession pour la petite maison et le puits.

 

Je ne pense même pas qu'elle a fait attention quand en poussant la porte j'ai dit :

-Zart'bye-bye, mes amitiés à Dom Pedrito.

 

Le soir lorsque le soleil Gamma se levait à l'horizon, j'étais dans la navette. Azac Tumac ou peut-être son clone, a secoué ses verts barbillons d'approbation en voyant ma carte d'embarquement dont la date était dépassée.

-Tu n'es pas le premier, quand Pedrito ne sera plus là, je ne fais pas grand cas du Désert de Zart'bi. Notre seule alternative est de faire inscrire la Grassifolia Gigantea Rubosa Z. comme espèce protégée.

Je n'ai pas pris le temps de dire au revoir à Jo, il était sur un tournage de la saison 8 du feuilleton 3D : «  Zart'las un univers impitoyable ».

Esmezarta tenait le premier rôle féminin.

 

PF

Commenter cet article

claudia 22/05/2011 21:23



Il est drôlement beau ton dessin ! les perspectives s'est pas facile !



Marine D 21/05/2011 13:34



Zut, le lien ne me mènes à rien, dommage...
Merci pour les infos Pierre ! Bises 



FMarmotte5 21/05/2011 15:24



Désolé je suis pas bien dans mon assiette aujourd 'hui


Quelle belle vallée Dick Annegarn


voilà http://www.frmusique.ru/texts/a/annegarn_dick/quellebellevallee.htm


je ne l'ai pas trouvée sur you tube mais je sais qu'elle y est sur deezer


http://www.deezer.com/en/music/dick-annegarn/quelle-belle-vallee-TFRZ049901410#music/result/all/quelle%20belle%20vall%c3%a9e


 



Marine D 21/05/2011 09:02



Tu es dans quelle vallée exactement, si ce n'est pas indiscret ?



FMarmotte5 21/05/2011 11:52



C'est comme dans la chanson de Dick Annegran


  http://www.frmusique.ru/texts/a/annegarn_dick/quellebellevallee.htm


 


 



Marine D 17/05/2011 07:55



Nous avons fait la même réflexion,  la maison de famille que j'ai laissé à mes enfants, partagée en deux puisque deux maisons et du terrain est à présent très proche de l'autoroute Pau
Bordeaux... ici peu de chances, on est loin des grands axes enfin , relativement, qui sait mais on ne sera plus là je penses...


Et la maison de mes parents, vendue à présent,  à Anglet a subi le même sort avec la bretelle qui est passée sur un morceau de leur terrain, il s'était bien battu en vain et a fait durer, en
plus il y avait un très joli ruisseau en bordure couvert de primevères aux printemps, ...et des champs plus loin, mais tu vois, ça le poursuivait...


J'ai du mal à retrouver la maison quand j'y passes, très rarement !



fmarmotte5 20/05/2011 14:40



Plus jeunes, les enfants se sont un peu pleins de l'isolement mais mainteant c'est un vrai havre de paix  ce calme sans les autos, on voit les buses qui chassent les corbeaux embétants, en
septembre le brame du cerf... je ne sais pas si je serais capable de revivre en ville?



Zazou 15/05/2011 19:58



Quelle imagination PierZart'... Moi aussi je suis partie en quelque sorte dans un autre univers cet après-midi le temps d'une séance de cinéma, j'ai été voir "La fille du puisatier" avec Daniel
Auteuil. C'était pas mal.


Bonne soirée Pierre, bises



FMarmotte5 16/05/2011 18:23



merci Zazou, oui ça bouillonne parfois pas mal sous la boite crânienne ! c'est pour ça que je vais décompresser en montagne. ça doit être très bucolique cette fille du Puisatier, j'ai bien aimé
Autueil dans "Manon des Sources" bien que son rôle n'était pas à son avantage avec le ruban cousu sur la peau qui s'était infecté. Tu en feras un synopsis qu'on aille voir. Bises



Quichottine 13/05/2011 19:58



J'adore tes clins d'oeil à notre société actuelle... Chaque fois j'hésite entre fiction et réalité... Dans une autre époque, tu aurais fait jouer des animaux et tu te serais appelé La Fontaine...
juste pour nous faire rire de nos travers....


 


En tout cas, bravo pour ce qui est bien plus qu'un simple conte...


Passe une belle soirée, Pierre.


 


(Mijoty est partie te rejoindre à midi aujourd'hui. Dis-moi quand tu la recevra. Merci.)



FMarmotte5 16/05/2011 18:19



Bonsoir Quichottine : fiction bien entendu, mon vrai puits et ma maison de pisé ne sont pas menacés par ce genre de projet. J'ai été abscent et j'espère trouver les "Mijoty" dans la boite aux
lettres en rentrant.


Loin du monde, il est vrai que je regarde parfois notre socièté par le "petit bout de la lorgnette", j'ai travaillé tellement longtemps dans une réalité (mort et souffrance) que je suis
peut-être devenu philosophe?


merci de ton commentaire toujours encourageant .



Joëlle 13/05/2011 18:27



Tu ne manques pas d'imagination Pierre et c'était un plaisir renouvelé que de te lire... toujours aussi bien illustré, je te
souhaite un bon we créatif ?



FMarmotte5 16/05/2011 18:34



Je trouve que mes illustrations faites à l'ordi manquent de contrastes et de nuances, j'ai pas trop envie d'investir dans un photoshop coûteux, je reset avant tout un dilettante sans prétention,
à la retraite avec la distance qui convient par rapport au temps et ses impératifs.


Merci de sympathique visite.



JA 12/05/2011 22:20



Génial vous êtes arrivé là au stade certain de la publication et en plus vous faites aussi l'illustration, sincérement c'est très original.


A bientôt,


JA



FMarmotte5 16/05/2011 18:12



merci, je ne crois pas avoir cette prétention de publier. le blog est un loisir, un jeu, sans soucis de renommée ni financier. Eventuellement une compile pour rigoler et lire à mes petits
enfants.. un jour.


Je suis très...dilettante!


Bonne soirée



Marine D 12/05/2011 17:56



J'adore Pierre, eh oui on a déjà entendu ce discours , toujours le même :  on va gagner des sous,  on va tout transfotmer, vive la modernité !


Attends moi ,je prends mon sac et je te suis !  


 



FMarmotte5 16/05/2011 18:37



Les choses simples sont tellement plus belles! c'est une histoire, mais la maison de mon enfance est maintenant entourée par autoroute, cuves de pétrole, trains tgv, balises d'attérissage d'un
aéroport alors quand on a acheté notre maison actuelle on a bien fait attention qu'elle ne soit pas dans ce genre de coin : pourvu que ça dure!



Clo :0038: 12/05/2011 16:42



Pas possible que même sur Zart le profit va régner en maître !!!!


Un phénomène cette nana !!


Merci pour ce conte zartien :)



FMarmotte5 16/05/2011 18:41



Il y a parfois des personnages comme ça que l'on croise mais qi'il ne faut pas fréquenter! Un drole de monde qui ressemble au notre, avec mes thèmes récurrents tu vas trouvé que je tourne en
rond, c'est plus fort que moi ;-) je raconte ce qui m'entoure mes craintes et mes espoirs!


Merci de ta visite



ff 12/05/2011 14:30



un drôle de numéro la madame Esmezarta



FMarmotte5 16/05/2011 18:09



le pire c'est qu'elle doit bien exister quelque part?