Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par p

En 4 jours de Sète à Toulouse
Du mardi 10 juin  au 14 juin 2008
Météo couvert sans pluie
Ces quelques pages ne seront pas un guide pratique pour faire le Canal du Midi à vélo, d’autres l’ont fait avant et mieux que moi. Je remercie Philippe Calas pour son guide « Le canal du Midi à vélo » édisud et son site .
Plutôt montagnards, les conditions météo de cette année nous ont portées vers d’autres aventures .Nous avons préparé soigneusement notre voyage, matériel, billets de train , réservation d’hébergement, selon les recommandations de Philippe Calas et je dois dire que tout s’est bien passé.

    

Etape 1 de Sète-Capestang

Nous sommes partis de Sète ce matin du 10 juin après avoir passé la nuit dans l’Auberge de Jeunesse qui à vue sur le port de Sète et le Canal du Rhône.
L’accueil est sympathique, la fréquentation internationale des Auberges de Jeunesse en fait des lieux d’échange dignes de certains refuges de montagne.
De Sète aux Onglous, la route du bord de mer est en travaux, il y aura plus tard une piste cyclable, pour l’instant c’est délicat. Des Onglous, le chemin de halage est affaissé , nous avons pris la route pour Agde, ça commence mal vous me direz, c’est aussi ce que j’ai pensé au début, puis nous avons pénétré dans l’esprit du canal avec les successions d’ouvrages datant de sa création et la magie a opéré.                         
Ecluse ronde d’Agde
Ouvrages du Libron
Etangs peuplés d’oiseaux
Pont-canal de Bézier
Ecluses de Fonsérannes
Tunnel de Malpas et cette vue magnifique depuis l’oppidum d’Enserune sur l’Etang de Montady.


La poésie des berges du canal que certain pourrait trouver monotone, nous a vite gagné avec ses platanes, la douce lumière, les canards et à cette saison les nombreuse nichées de canetons.

 Etape 2 de Capestang à Carcassonne

Mercredi 11 juin 2008
Après un bon petit déjeuner au château de Capestang, les méandres du Canal nous conduisent au Canal de Jonction de la Robine, un pont de bois le franchi. Pas d’ennui sur cette portion riche en ouvrages :
Pont-canal de Cesse
Epanchoir des Patiasses
Couchée du Somail (la fameuse barque était amarrée plus loin vers Ventenac)   
         
Le canal traverse cette région vinicole du Minervois au loin, le ciel est noir très noir sur la Montagne du même nom, le tonnerre gronde, mais nous n’auront pas l’orage.

Le pont-canal de Répudre ouvrage de P.P. Riquet m’impressionne, non pas par sa taille mais par le génie et la perspicacité de cet homme.1 er pont-canal construit en Europe, le 2 ème au monde mais quel est le premier. De retour j’ai cherché sans trouvé c’est soit à Babylone soit en Chine où le Grand Canal Han Gou de 1794 km construit par Fu Chai de 722 à 481 av JC doit bien avoir un ouvrage de ce genre ?Nous faisons une pause repas à l’Ecluse d’Argens, avec un café et achat de nos cartes postales.A noter entre les 7 écluses de Fonsérannes et l'écluse d'Argens il y a 53km868m sans écluses : imaginez le travail de précision de l'arpentage de P.P.Riquet sachant que la pente d'eau entre 2 écluses est de 0% et pas de satellites ni GPS en 1670!
Epanchoir d’Argentdouble
La Redorte
Ecluse de l’Aiguille où un crocodile veille (sculptures de bois)                                     
Pont-canal d’Orbiel après Trèbes
Nous rencontrons de sympathiques retraités qui dans le passé ont conduit un bateau de Sète à Bordeaux en 1 mois.
Un groupe de scolaires à une écluse parti pour 8 jours en péniche sur le canal nous expliquent que les bornes en pierre qui jalonnent le chemin de halage ont servi à la construction du Canal, mais aussi de bornes de propriété car il a fallu exproprier et cadastrer le terrain avant le creusement.
Les ouvrages sur le Fresquel : Pont-canal et écluse-double, nous mènent sur la jolie piste cyclable jusqu’à la gare de Carcassonne où nous traversons la ville pour rejoindre la Cité par le Vieux-Pont
87,400km pour cette étape moyenne de 12km/h on a quand même passé 7 heures sur les vélos
Nous dormirons à l’Auberge de Jeunesse après lasagnes, cassoulet, et bière Trencavel  derrière les remparts.

Anecdote : je croyais avoir quelque chose de coincé dans ma roue qui faisait tuit-tuit-tuit, et quand je m’arrêtais le bruit s’arrêtait, rien de coincé et de nouveau tuit-tuit-tuit à chaque coup de pédale ; finalement c’était un oiseau qui sans doute s’amusait. De retour à Sète une jeune fille en stage à l’Auberge m’a dit qu’au Québec il existe un oiseau du nom de «  moqueur polyglotte » qui imite toutes sortes de bruits ! Un oiseau occitan doit avoir les mêmes qualités c’est sûr ?


 
Etape 3 de Carcassonne à Renneville


Jeudi 12 juin 2008

Un gros orage a détrempé la piste pendant la nuit, notre progression le matin est lente, les ornières, la boue, les cailloux de Carcassonne à Bram. Il fait beau un petit vent d’ouest commence à se lever, nous l’avons plein nez.
Epanchoir de Foucaud
Aqueduc de Rebenty
Sur cette portion les villages sont loin du canal mais à l’écluse de la Peyruque, nous trouvons un coin où ,avec du pain frais et un bon pâté de sanglier, nous pouvons reprendre des forces, il fait beau, on est confortablement installés avec des boissons fraîches, il nous reste même du chocolat pour manger avec notre café.
Les écluses de Saint-Roch nous annoncent Castelnaudary, capitale du cassoulet. Le grand-bassin est impressionnant. Sur le pont un grand-père nous dit que ce vent qui souffle de l’ouest est le Cers et qu’il amène que du bon ?
Cette étape est plus courte que les 2 précédentes nous prenons le temps de visiter le Seuil de Naurouze, la ligne de partage des eaux et de voir l’obélisque de P.P. Riquet.


Nous avons franchi les 2 écluses clés de la « méditerranée » et de « l’océan » à 190m d’altitude.
Après Port-Lauragais et ses moulins à vent, une piste cyclable goudronnée nous mène à Renneville.
Le Lauragais est le pays du vent, il porte toutes sortent de noms, ici les moulins anciens cohabitent avec les éoliennes.
Le village de Renneville au dessus du canal à une belle église de briques rouge.

Nous dormons dans un gîte table d’Hôte appelé Viola2000, lieu de production de « Violettes de Toulouse » un petit chalet bois nous abritera pour la nuit et le soir Evelyne nous prépare un repas gastronomique délicat et nous fait partager avec son époux sa passion pour la violette et les fleurs en général.

70,535km moyenne de 12.200 km/h
5h47 sur les vélos
Anecdote : savez vous que les B…. d’amarrage du Canal du Midi se nomment des « bollards »

Etape 4 de Renneville à Toulouse
Vendredi 13 juin 2008

Nous sommes partis sous la pluie ce matin. Pèlerines, couvres sacs sur les sacoches. Heureusement la piste est goudronnée jusqu’à Toulouse, ça nous change de ces ornières d’hier. Le Canal est tranquille, peu de touristes sur les bateaux, peu de cyclistes. Nous rencontrons des retraités allemands qui font aussi du vélo sous la pluie. Après l’aqueduc de l’Hers, les écluses se succèdent jusqu’à la couchée de Negra. Le calme et le peu de fréquentation ce matin nous font rencontrer des hérons cendrés, un ragondin à la nage, des oies casquées sous le lavoir de Montgiscard et toujours nos nichées de Cols verts (on ne leur dit pas qu’on en a mangé hier du canard)
A l’entrée de Toulouse, on passe sur une curieuse passerelle hélicoïdale vers le port de Ramonville.On est dans la ville, de nombreuses péniches d’habitations longent le Canal, il y en a de toutes sortes : couleurs, formes, tailles, décorations, plantations, c’est un vrai monde en soi. Je trouve que beaucoup sont en mauvais état soit abandonnées soit en attente de rénovation ?
La pluie nous épargne un moment pour passer devant la gare de Matabiau. Dans Toulouse une piste longe le canal, après la gare, on change de rive pour rejoindre les « Ponts Jumeaux » bout de notre parcours, avec une grosse averse encore.

A propos des changements de rives, je ne vous en ai pas donné le détail, en effet , le canal, n’est pas « roulable » toujours des 2 cotés, pour éviter les pièges, et des km en trop, il faut changer de rive au bon endroit, ceci est indiqué avec précision dans le livre de Philippe Calas

Nous dormons à la résidence des « Violettes » quartier de la Glacière à 4 km de l’embranchement du Canal du Midi au Canal Latéral de la Garonne, goudronné au début il fait place ensuite à une piste gravillonnée mais pleine de grosses flaques d’eau. On arrive au gîte, assez trempés et ravis de pouvoir prendre une bonne douche chaude. On n’a pas mangé à midi, il est 15heures.
Une fois ragaillardis, on prend le bus 15 pour le centre ville pour aller manger un morceau et visiter la « Ville Rose ». Ville grise aujourd’hui, mais belle. Promenade place du Capitole, rue du Taur, visite de la cathédrale Saint-Sernin, une éclaircie nous permet de faire un beau cliché du clocher.
Retour place Jeanne d’Arc pour le bus et quelques courses ce soir on pourra faire notre popote aux « Violettes »
Très bon rapport qualité/prix pour cet Hôtel où on peut faire sa cuisine le soir, et un bon petit déjeuner copieux le matin à 3€

45,500km à 14,600 de moyenne
3 heures sur le vélo
Le samedi 14 on va en vélo à la gare en passant devant les « Minimes », le quartier de Nougaro.
Anecdote : au fond à droite du chœur de  Saint-Sernin se trouve un pilier avec 2 pieds sculptés, usés par le frottement des mains des Pèlerins de Compostelle qui viennent demander protection à Saint-Christophe, le patron des Voyageurs. Toulouse a donné son nom à la « Via Tolosana » des Chemins de Compostelle.

Indication : prendre le train avec des vélos ? Finalement après 3 renseignements divergents de la SNCF, il faut faire une réservation dans un Teoz portant le logo « vélo », ce qu’on ne savait pas : c’est qu’il faut faire une réservation supplémentaire pour les vélos qui coûte 10 euros par vélo, vos places doivent être dans le wagon qui a la partie vélo. Une affiche dans le fourgon vélo indique que la SNCF met à votre disposition un compartiment « Vélo », et en petites lettres qu’il faut faire une réservation de 10€ pour en bénéficier.
Pas grave ça nous à pas gâché le voyage jusqu’à Sète où, un grand soleil nous attendait pour une après midi de farniente au bord de la mer et une bonne nuit à l’Auberge de Jeunesse
Tous les endroits où on a dormi, on a pu mettre nos vélos en sécurité. Voici encore quelques liens si le voyage vous tente. Nous avions notre autorisation des  Voies Navigables de France.

Visiter pour une autre approche le "Canal du Midi insolite" 

Bien sûr le site de Philippe Calas que je remercie encore pour tous les conseils dans

 « Le Canal du Midi à Vélo » chez édisud
Les VNF
Les Auberges de Jeunesse
Préparation technique pour le vélo, différents sites avec video (comment changer un mailon de chaîne ?)
La Sncf


Enumération
292 km (240km de canal plus les visites)
22h07mn sur les vélos
12 à 14 km/h
63 écluses
100 ponts
5 ponts canal
3 aqueducs
Nos vélos : VTT Riverside de chez Deca
2 déraillages
1 garde boue perdu
1 chute (mais pas dans le canal)
2 jours de vent
1 jour de pluie
400€ pour 2 personnes : gîte, repas et train compris
Des centaines de platanes, canards
Des milliers de coup de pédale.

 

Commenter cet article