Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Il est bientôt 7 heures du soir, je suis sorti de la forêt. Les sorbiers sont mûrs, les myrtilles aussi.

Avant de partir, Geneviève me fait des recommandations :

« Tu feras attention, fermes bien la porte de la cabane le soir en te couchant. »

Je ne savais déjà pas si le « chalet » allait être ouvert.

De loin au bas de l'alpage une grosse chaîne barre la porte, des filets de parcs à moutons sont tendus aux abords sur le reposoir.

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Au départ du Pont des Rouelles 1273 mètres je suis passé devant la stèle qui commémore l'attaque de loups du 19 juillet 2007 :

« Arc

chien

de protection

des troupeaux.

Tué par des loups.

478 brebis mortes

19/7/07 »

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Ce n'est qu'un gros fil de fer qui tient la chaîne. Le décor est fidèle a ce que décrit le site des cabanes et refuges « refuges.info ».

A l'étage , le coin couchage est un peu poussiéreux, je pulvérise de la « Marie-Rose » sur les matelas et recouvre mon couchage de la pèlerine de pluie, ça suffira comme mesure prophylactique contre les insectes.

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Le soleil a chauffé la dalle devant le refuge près du bassin avec robinet... grand luxe je n'aurais pas besoin d'aller au torrent pour l'eau. D'autant plus qu'il y a une gazinière, demain matin je vais pouvoir me faire un café bien chaud avant de partir.

Le soir tombe doucement, accompagné du murmure du torrent, des criquets.

Un renard vient en curieux faire le tour du propriétaire, je ne verrais pas les « Marmottes Noires ». Un petit génie m'en raconte la légende.

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Entre « chien et loup » mes yeux et mon imagination se bercent d'une ambiance de rêve hypnagogique.

« … Quand le Grand Nanabozho régnait sur les êtres des bois, des plaines, des montagnes, des airs, des rivières et des mers, le soir, tournés vers le couchant tous les animaux étaient en émoi. Nanabozho allait se coucher derrière les nuages, personne n'allait les protéger durant les longues heures nocturnes de sa métamorphose. Les marmottes particulièrement ne savaient pas trop que faire, se cacher dans leur terrier , c'était bien bon l'hiver mais quand les jours sont longs, que les soirs sont doux, pourquoi ne profiteraient elles pas aussi de la poésie du couchant sans craindre ni les loups, ni les aigles, ni les rapaces nocturnes, ni les renards fureteurs ?

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Alors, un soir que Nanabozho était auréolé de lumière, elles lui firent cette prière :

« Ho Grand Nanabozho qui disparaît sans te soucier des êtres sans défense, insignifiants, justes bons à régaler les yeux des petits enfants, fait que nous soyons invisibles pour échapper aux dents, aux becs et aux griffes de nos prédateurs. »

Ne me croyez pas, mais depuis ce soir onirique, les marmottes sont devenues noires la nuit.

Et le jour alors où sont elles ?

J'ai bien cherché lors de la randonnée , je les ai entendues, mais je n'en ai pas vu.

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Une fois à la maison en regardant les photos, j'ai compris toute la magie de Nanabozho... la journée les marmottes sont vertes et si tu regardes bien les crêtes, tu peux les voir qui te surveillent avec un sourire. »

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Dehors, le village de Montsapey est éclairé, ma lampe frontale et la discrète lumière de la bougie se voient-elles d'en bas ?

Je n'ai pas de sentiment de solitude, dans le ciel, Véga, Altaïr , Deneb, le triangle d'été brille avec en son centre la constellation du « Petit Renard ».

Derrière la cabane, le sentier paraît plus clair au travers des arcosses jusqu'à la cabane de berger des « Marmottes Noires », on ne voit pas le Pas de la Mule.

Il est 10 heures, je monte les quelques marches de la mezzanine pour m'endormir dans le duvet, il ne fait pas froid.

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Pas de réveil-matin, la lumière filtre au travers de la vitre sale, il est 6 heures 45, le temps de faire chauffer de l'eau, boire un café, grignoter un biscuit et c'est le départ.

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

J'ai donc refermé la porte avec la lourde chaîne et gravis lentement au début les 587 mètres de dénivelé jusqu'au Pas de la Mule en passant près du lac qui cette année a encore un peu d'eau. Le sentier est cairné, une mer de nuage monte à l'assaut des pentes, des langues de brume posent une écharpe sur le Grand Arc, je trouverais le soleil à l'est pour enlever la polaire, mettre des lunettes noires et me demander en voyant l'abrupt du versant comment une mule a bien pu passer par cet endroit ?

Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.
Une nuit en cabane. Les Marmottes Noires partie I.

Au loin vers le nord, le Mont-Blanc n'est pas encore couvert ...

... les Marmottes Noires 2339m. sont en train de réaliser leur mutation chromatique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Parisianne 09/09/2013 20:15

Magnifique ! De tous les points de vues !
Merci de ce partage. On doit ressortir grandi de ces instants magiques.

Anne

midolu 02/09/2013 16:04

Je me laisse entraîner par tes talents de conteur et de guide !
Merci Pierre.

zazou-38 02/09/2013 11:10

Je suppose que pour le coup c'est les marmottes que tu as compté pour t'endormir et non les moutons !
Il m'est arrivé d'y cassecroûter un midi dans un refuge un jour de pluie et l'intérieur était très sommaire, pas de gazinière et des rondins de bois en guise de tabouret, très poussiéreux et quelques cadavres de bouteilles, pas eu la curiosité de monter au niveau de la mezzanine pour voir la partie couchage.
Bon début de semaine, bizzzz

FMarmotte5 02/09/2013 14:47

Les marmottes.... on les compte sur les doigts de la main et des pieds ;-)

Mahina 02/09/2013 08:54

que l'on doit être bien là-haut, avec pour compagnons marmottes invisibles, renards curieux et tous les oiseaux, insectes et tout ce qui vit au plus près de soi!!
( pour mon blog... j'ai "triché". Je suis passé en premium, n'ayant pas le temps à l'époque de faire ce qu'il fallait pour me le rendre "mieux" avec le changement...mais, je n'ai toujours rien fait. J'ai bien peur , sans patience, que tout disparaisse....)

Joëlle 01/09/2013 13:10

Un régal ton billet du jour Pierre, et que de belles images j'M !
bises et bon dimanche à toi

marine D 01/09/2013 12:59

Quelle beauté et heureux celui qui conquit la toison... mais non, je voulais dire celui qui découvrit ce paysage magnifique, ce renard fureteur, un chalet annoncé, saupoudré le Marierose, tu est prévoyant à juste raison !
Une aventure tout de même ... Et je pense à nos virées avec les Guides Aînées en montagne...
Je collectionnais déjà les cailloux des torrents... Pour la marmotte tu verras j'ai pensé à toi...

FMarmotte5 02/09/2013 14:46

tu as eu de bonnes expériences avec les Guides, de très bons souvenirs je vois. Bonne journée.

écureuil bleu 01/09/2013 11:09

C'est un joli conte. J'aime bien les marmottes qui surveillent les crêtes. Quelle balade !

zette73 31/08/2013 20:40

je viens de me régaler chez toi tout y ai contes + photos
mais sais tu qu'une foi la haut tu vois la maison ? ,le grand arc et dur a monter d'un coté comme de l'autre ,maintenant je vais en voiture jusqu &'a la l'ébaudiaz !!
bonne fin de semaine bisous

FMarmotte5 02/09/2013 14:43

La petite lumière tout en bas, coucou!, On a "fait le Grand Arc en 2011 j'ai beaucoup aimé, la Dent du Corbeau et la Grande Lanche aussi avec ses chèvres. Bonne journée.

Quichottine 31/08/2013 18:24

J'ai adoré la façon dont tu nous emmènes avec toi...
Bien sûr, je sais que je n'irai jamais là-bas, mais j'y étais pourtant !

Merci pour le conte, pour la randonnée, pour ces moments d'oubli.
Passe une douce soirée, Pierre.
Amitiés.

FMarmotte5 02/09/2013 14:45

Il suffit de fermer les yeux et de lever la tête vers ces sommets pour un voyage et tout est possible. Merci de ton passage.

La Vieille Marmotte 31/08/2013 17:40

Ma-gi-que ! Merci, merci pour le conte et pour le récit !
Me rappelle une nuit passée en solitaire dans le chalet plus que rustique sur le site de la Chapelle de Notre-Dame des Vernettes, à PEISEY-NANCROIX . Sur le soir, un orage comme je n'en ai jamais connu d'autres ! J'avais 17 ans ......

FMarmotte5 02/09/2013 14:38

De bons souvenirs ces nuits en montagne.