Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par FMarmotte5

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

Pisteurs , trappeurs, éclaireurs .

Des mots qui font rêver les enfants.

Nous venions de lire un Yakari, un grand manteau blanc recouvrait les plaines du petit indien de Derib et Job. S'il n'était pas sur la piste des castors, du loup, de la chèvre des montagnes c'était sur celle de Nanabozo.

L'après-midi était peu avancée, un rayon de soleil éclairait la neige fraîchement tombée.

Mémé toujours à l'écoute avait fait des photocopies de traces d'animaux. Pour ma part je devais relever la carte SD de mon piège photographique au fond des bois.

 

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

Tout était réuni pour une expédition dans les bois sur les traces du grand cerf. Quand il y a de la neige au sol, la chasse est interdite, ça nous promettait une virée en sécurité.

 

Je ne vous donnerai pas les coordonnées GPS du bois, il est devant la maison, au delà des étroubles.

Il forme un petit cirque orienté sud et n'est parcouru par aucun sentier.

Un petit ruisseau y prend sa source et plus bas une large « moille », c'est à dire une zone humide où l'eau stagne et ruisselle un peu dessine par endroit des mares où les animaux aiment venir boire.

 

Dans le champ les enfants ont eu vite fait de reconnaître les traces du renard qui marche bien droit un pied devant l'autre, le triangle du saut du lapin dont beaucoup de néophytes se trompent du sens de sa fuite.

En effet le lapin saute , il s'élance avec son fort train arrière , les deux larges traces latérales qu'il vient ramener en avant de ses deux petites pattes avant.

 

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

Nous approchions du bois quand au sol nous vîmes un gros tas de « laissées » (crottes du cerf) et de larges traces de deux sabots.

L'appréhension gagnait les petits cœurs de nos hommes des bois en herbe.

« Là ! pépé ! » en montrant le taillis.

« Mais il est gros, tu crois que ça ne craint rien ? »

« Main non , la journée ils se reposent et tu sais ils ont plus peur de nous que nous d'eux. »

Finalement notre petite équipe entre dans le bois en file indienne.

 

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

De larges drailles, et de part et d'autres des passages plus confidentiels. Nous arrivons vers le boîtier photo, le compteur indique qu'il est passé du "monde" , nous attend une surprise sur l'écran.

Intrépide, une petite voix lance :« Et si on descendait plus bas ? »

"laissées" et empreintes"laissées" et empreintes

"laissées" et empreintes

 

De nouveau des laissées, les feuilles sont remuées, des pipis foncés sur la neige, des écorces de châtaigniers et de fayards sont arrachées en lanières.

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

Je guide ma petite équipe vers la "moille" en restant bien au-dessus, le sol est gelé, il y a peu de risques que nous embourbions. Nous approchons une zone de feuilles grattées pas les sabots , quand soudain une branche pas comme les autres est là au sol.

C'est un bois de chute.

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

D'habitude le cerf élaphe perd ses bois en février, celui-ci est-il plus précoce, est ce un bois de l'an passé ? Mes deux trappeurs avancent en courant afin de découvrir le trophée. C'est la joie, faute d'avoir vu le cerf, nous avons trouvé la trace significative de son séjour dans le bois.

Tel Pierre de « Pierre et le loup », notre pisteur chef veut porter le bois, il est presque aussi grand que lui.

Ce bois mesure 72 cm, un six cors.

 

Cerf, hommes des bois, Chambaran.

 

Nous rejoignons triomphalement maman avec la poussette du bébé sur la route. On prend des photos, on raconte l'aventure avec force détails : la trace, le bois, la mare, les bruits de branches cassées, bientôt il y aura l'ombre fugace d'une ramure, l'éclair d'un œil vif ... ?

Au piège photo.

Au piège photo.

 

Le brame ! Hé bien ils l'ont déjà entendu une nuit de septembre où ils sont venus dormir à la maison.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

écureuil bleu 05/02/2017 13:56

Quelle belle expérience pour tes petits-enfants ! Ils devaient être ravis de la découverte. Bon dimanche

Joëlle 04/02/2017 16:35

Merci pour ce moment ludique, joliment illustré avec les précisions qui vont bien Pierre

marine D 04/02/2017 08:48

Oui, vent et pluie ici mais c'est supportable et c'est tant mieux !
La végétation et déjà prête à exploser mais ici le mois de février malgré les aléas est toujours hâtif, on ne s'en formalise pas du tout, et ça requinque un peu... Tu vas encore pouvoir profiter de la belle neige qui fait ton bonheur, plus haut dans les Pyrénées aussi elle est tombée en abondance.
Bises

marine D 03/02/2017 17:50

Il faut que je suive ce lien Pierre, tout de suite !
J'ai répondu à ton commentaire sur Le jardin de Titi ainsi

Qu'est ce qui va trop vite ? Si tu parles des effets de la main de l'homme et de sa voracité face aux trésors de la nature oui, ça va de plus en plus vite hélas... Et cela n'est pas près de s'arranger, quand on voit les inconscients ou carrément les fous qui gouvernent le monde...
Bonne soirée ami

FMarmotte5 04/02/2017 08:25

Bonjour Marine. "Ça va trop vite " c'était en rapport avec la douceur et l"arrivée du printemps ! Le lien ? Celui de Yakari? Ici pluie+++ mais j'espère que c'est de la neige au dessus de 1200m. Ça manque en haut. Passez un bon we abec agneaux, ânons et chevaux.

wolfe 03/02/2017 14:01

Bonjour
C'est vrai que beaucoup aimerais découvrir les traces des animaux!
Bisous

marie-poupées 02/02/2017 18:14

Quel beau récit , il me semblait être avec vous ! belle trouvaille que ce joli bois !
Merci Pierre , belle soirée

marine D 02/02/2017 10:51

Un grand bol d'air pur et d'air vivifiant !

manou 31/01/2017 09:08

De belles trouvailles pour la petite équipée partie sur les traces de l'indémodable Yakari ! Que d'émotions :) Merci de ce partage et une belle journée

jeandler 30/01/2017 16:11

On ne trouve jamais qu'un seul bois... Le cerf a-t-il honte d'être ainsi déséquilibré ?